A Reminiscent Drive "Mercy Street"

  Fabuleux. Cet album paru en 1997 est tout simplement fabuleux. C’est un kaléidoscope musical fait pour s’allonger, se détendre, passer un très bon moment de léthargie pure. Pour ça, c’est sûr, c’est vraiment le meilleur album qu’on connaisse.

a r d   « Mercy Street » n’est pas le premier album solo de Jay Alanski (il a déjà sorti « Honey on a Razor Blade ») mais le premier sous le pseudo A Reminiscent Drive, que s’est choisi celui qu’on a longtemps connu en mentor de la belle (et trop rare) Jil Caplan. C’était lui l’homme de l’ombre, tapi derrière les tubes tels que « Comme sur une balançoire », « Oh ! tous les soirs », ou « Nathalie Wood ». Pas de pop tubesque ici puisque cet album fait la part belle à une soft techno contemplative.

   Etonnament, Jay publie cet album chez F Communications, qui est un des fers de lance de la musique assistée par ordinateur. Pourtant, il n’y a aucun trace de l’emploi d’une « bécane » sur cet opus. Alanski a tout simplement utilisé la technique du tracking : il a enregistré chaque instrument lui-même sur une piste de sa console d’enregistrement, puis a mixé le tout. Son ambient organique est formidablement évocateur, et c’est une pure merveille. Ici, il n’y a pas de chants, mais des fragments de voix épars. Avec un gimmick de guitare joué en boucle sur « NYC Dharma », Jay Alanski arrive à composer un morceau sidérant par son effet hypnotique. Et sidéral, à l’image de l’album tout entier.

   Voilà une oeuvre que tout mélomane esthète qui se se respecte devrait posséder. Un opus qui donne envie d’aller faire une sieste sous un cerisier du Japon : celui de la pochette, superbe au demeurant. Comme la musique qu’elle abrite, cette pochette est lumineuse. Si vous ne connaissez pas encore ce disque, faites-nous confiance en vous le procurant dare-dare, puis faites retomber la pression en l’écoutant. Apprêtez-vous alors à vivre l’une des plus grosses émotions musicales de votre vie.

*****

Jean-Marc Grosdemouge

A Reminiscent Drive « Mercy Street », 1 CD (F Communications/PIAS), 1997

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *