Apparat "Walls"

ApparatWalls   Intituler son disque « Walls » est osé de la part de l’Allemand Sascha Ring : on pourrait croire qu’il se place sous la tutelle du dérangé Phil Spector (son fameux « wall of sound » : mur du son) ou de Pink Floyd. En fait, ce résident berlinois (une ville bien connue pour son ancien « mur de la honte » qui l’a enlaidie pendant la Guerre Froide) fait dans la dentelle. Il est rare de trouver des compositeurs electronica qui ne sombrent ni dans l’abstraction d’un Ikeda, ni dans un versant trop pop façon Schneider TM. Incluant des instruments rock ou classiques à ces morceaux dits « minimaux » Apparat livre une forme hybride, sur laquelle il pose parfois sa voix, elle aussi étant naturellement transformée pour s’accorder à l’ambiance futuro-classique de l’album. Apparat a collaboré avec Raz Ohara et Telefon Tel Aviv après avoir co-écrit un album avec Ellen Alien, « Orchestra of Bubbles » (voir notre article), et réussit à conjuguer tension et bizarrerie, énergie et mélodie. Ce petit coup de maître devrait encore asseoir sa réputation de producteur underground, tandis que le grand public découvrira avec ravissement que les chirurgiens du son Plaid ont un sérieux concurrent.

*****

Jean-Marc Grosdemouge

Apparat « Walls », 1 CD (InFiné/Discograph), 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *