Arca "Cinématique"

arca cinematiqueProjet de Sylvain Chauveau (qui oeuvre aussi en solo avec des albums comme « Le livre noir du capitalisme » et « Nocturne impalpable ») et de Joan Cambon, Arca est une référence lusitanienne. En effet, le poète portugais Fernando Pessoa avait coutume de déposer ses écrits dans une malle… « arca » en portugais). Imaginez la bande originale du film (« Requiem for a dream ») remixée par DJ Shadow, et vous aurez un aperçu des ambiances sobres avec lesquelles le duo tisse sa toile sonore. Ou imaginez Madredeus qui aurait fait bien plus que d’écouter Cocteau Twins. En effet, le mythique groupe écossais est une influence majeure de Madredeus, eh bien imaginez que les portugais se soient mis aux machines. « 1957 » ressemble à du fado futuriste, agrémenté d’extraits de discours… Des extraits d’ambiances urbaines, de discours également sur « L’organisation » ou « La zone », en anglais ou en russe, donnent un air cosmopolite à cet album hors-normes, qui sonne parfois trip hop. Bonne nouvelle : la capitale Bristol a du souci à se faire car la France veut lui faire de l’ombre. Comme toutes les productions du formidable label nancéien Les Disques du Soleil et de l’Acier, cet album est à conseiller à tous ceux qui aiment s’aérer les oreilles.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Arca « Cinématique », 1 CD (Disques du Soleil et de l’Acier/Chronowax), 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *