"Bare essentials 2"

BARE     Des rythmes délicieusement syncopés, des voix black avec un peu d’écho, quelques percussions latines, un bonne pincée de soul ou de funk, le tout lié par une sauce électronique des plus digestes, voici le cocktail à déguster sans retenue jusqu’au bout de la nuit en ondulant avec volupté s’il vous plait.

     Les compilations Naked Music sont comme les très bonnes choses : les grands vins, la grande cuisine. On guette le moment où l’on va se lasser, ou on attend l’erreur, en ce disant qu’elle est improbable. Un peu comme si Bocuse ratait une mayonaise. Un peu comme si une compil avec Aquanote, Central Living, Miguel Migs ou Blue Six pouvait rater. Vous n’y pensez pas. Mettez le disque sans crainte : vous appuyez sur play, et tout roule. Ce n’est pas vraiment mixé ; disons que les titres sont collés les uns aux autres et enchainent vite, mais c’est tout comme.

     Certains achètent encore les productions Naked pour l’attrait de leurs superbes pochettes, toujours hautement érotiques et à base d’érections mamaires. Les mélomanes ont déjà dépassé le stade de la pignole et se ruent sur l’écoute de la précieuse galette avant même de regarder la pin up de la pochette, tels des drogués se jetant avec avidité sur leur dose. D’ailleurs, les compils du label Naked Music, c’est comme la drogue : j’arrête demain.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Divers « Bare essentials 2 », 1 CD (Naked Music/Labels), 2003

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *