Bebel Gilberto "Bebel Gilberto"

   Avec ce deuxième album, qui fait suite à « Tanto tempo » (qui a enchanté notre été 2001), la Brésilienne Bebel Gilberto continue à faire la fierté de ses parents : son père João Gilberto, et sa mère Miucha (qui participe même aux choeurs) et à porter plaisir de l’auditeur à son paroxysme.

51T8EFBJR0L   On retrouve sa voix pleine de grâce sur des chansons au summum de l’esprit estival. Entre ballades en anglais (« Baby », « Every day you’ve been away »), rêveries pour piano et cordes (« O caminho », « Next to you ») et bossas électroniques (« Cada beijo », « Winter », « Céu distante »), Bebel a encore une fois passé sa musique à l’adoucissant : ses chansons sont de plus en plus soyeuses. Et délicieusement alanguies.

   Si elle ne nous gratifie plus de chansons enlevées (comme « Bananeira » ou « Sem contençaõ »), elle sait toujours aussi bien faire décoller une chanson en douceur, lentement, en usant de percussions authentiquement brésiliennes, qui montent comme une vague irrésistible au fil des minutes (« Aganju », « River song »). Et ce malgré le triste départ de Suba, l’homme des machines, qui est décédé entre le précedent album et celui-ci.

****

Jean-Marc Grosdemouge

Bebel Gilberto « Bebel Gilberto », 1 CD (Ziriguiboom/Crammed), 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *