Brigitte Fontaine "Kekeland"

   Enfin, la maison de disques de la Grande Brigitte s’est aperçue qu’elle tient là une artiste qui mérite que la France entière la découvre, une chanteuse – poétesse au talent hors normes, qu’il faut défendre !

Fontaine_kekeland cd   Même si ses précédents albums (dont un produit par Etienne Daho) l’avaient remise au goût du jour depuis quelques années, ce n’était que dans un cercle d’auditeurs trop restreint : pour l’homme de la rue, Brigitte n’était que cette femme un peu évaporée du bocal, une diva punk avec la tête rasée, que l’on voyait parfois sur des plateaux de télé dans des numéros de dérapages incontrôlés. Il fallait bien un jour faire éclater son talent à la France entière, ne plus confiner la Fontaine dans le cénacle de ceux qui s’y connaissent en chanson française.

   Virgin a donc orchestré un plan média digne de ce nom pour cet album de Brigitte, n’hésitant pas à communiquer sur ses (nombreuses) collaborations : Noir Désir, Sonic Youth, M, ou Archie Shepp. Parmi les intervenants moins connus, signalons Cyril Atef et Vincent Ségal (plus connus sous le nom de Bumcello) sur « Rififi », et Ginger Ale, qui a réalisé le titre « God’s nightmare ». Parfois, ça tombe mal : c’est l’album sur lequel le plan média est le plus fort qui est le moins réussi de la carrière de l’artiste. Un exemple ? « Vespertine » de Björk, dont tout le monde a parlé, n’est pas, loin s’en faut, le meilleur signé par l’Islandaise. Mais ce n’est pas le cas ici. Virgin fait bien de mettre la gomme sur « Kekeland. » Même si les albums précédents auraient aussi valu le coup qu’on en parle un peu partout (sourire en coin).

   Brigitte Fontaine signe un bon album, donc ça tombe bien : on invite les gens à se ruer sur un album qui vaut le coup. Brigitte Fontaine est crédible quand elle chante « Y’a des zazous (une vieille chanson d’Andrex) ou « L’amour c’est du pipeau, c’est bon pour les gogos. » Elle est pareillement crédible quand elle chante sur du Sonic Youth (la « Demie clocharde » qui « èrre et musarde, mi-suie, mi neige », « Kekeland »). Quelle que soit l’ambiance sonore qu’elle choisit pour une chanson, Brigitte fait mouche à chaque fois. « Kekeland » part dans tous les sens (comme sa conceptrice), et c’est pour ça que c’est si bon.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Brigitte Fontaine « Kekeland », 1 CD (Virgin), 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *