Catfish en concert

   Il y a deux pépites musicales en Franche-Comté, cette région dont les musiciens évoluent toujours dans une certaine 2e divison (les Belfortains d’Ange avaient commencé leur carrière chez Philips et devraient remplir Bercy s’il y avait une justice divine) ou mettent des décennies à percer (HF Thiéfaine remplit Bercy mais il a fait les 20 première années de sa carrière loin du media system avant de signer chez Sony). Ces deux pépites sont les frères Charret alias Yules au rayon pop folk, qui rôdent en ce moment en région leurs hommage au « I’m you man » de Leonard Cohen avec un quatuor à cordes, avant de venir en faire profiter très vite la Capitale. Et puis il y a Catfish. Au rayon « un gars, une fille, beaucoup de bruit », on connaissait The Kills et The White Stripes, mais Catfish est en train de sortir de l’ombre à une vitesse grand V, grâce à son blues hautement électrifié, ses grosses guitares grasses de Damien Félix, et le talent de shouteuse de la chanteuse Amandine Guinchard. Ces deux-là ont de quoi devenir de gros poissons. Si les rivières de leur Jura pullulent de poissons chats, on parie que les radios verront de plus en plus de Catfish frayer sur leurs ondes.

Jean-Marc Grosdemouge

Catfish, en concert le 9 avril 2014 au Nouveau Casino (Paris)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *