Charles Lloyd "Sangam"

     On dit que les tablas sont l’instrument de musique le plus sur à jouer qui soit. On dit que Charles LLoyd est un musicien mystique. Difficile donc d’imaginer une rencontre entre Charles Lloyd (saxophones et flûtes) et Zakir Hussain (tablas, percussions) qui soit autrement qu’habitée.

lloyd

  En compagnie d’Eric Harland (batterie), ces deux-là conversent d’une manière flamboyante. Pleins de fulgurances, les titres de ce set capté sur la scène du Lobero Theatre de Santa Barbara voient naître un dialogue fécond entre un saxophone sobre et en apesanteur et des percussions foisonnantes, qui impriment des rythmes trépidants, et cependant propres parfois à nous amener vers une profonde méditation. On pourrait croire le propos aride, Lloyd étant le seul pourvoyeur de mélodies. Sauf qu’Eric Harland passe parfois derrière le piano pour esquisser de douces mélopées, et que Zakir Hussain donne de la voix tout en tapotant ses percussions. On retrouve avec délectation le saxophone -parfois strident, de Charles Lloyd, un musicien qui fait corps avec son instrument. Qui fait corps mais qui nous transporte l’âme.

****

Jean-Marc Grosdemouge

Charles Lloyd « Sangam », 1 CD (ECM/Universal), 2006

Infos : www.ecmrecords.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *