Comment un film peut fonder une religion (ou pas)

   Arrêtez moi si vous la connaissez déjà ; il existe des gens tellement fans de « Star Wars » qu’ils ont fondé un mouvement philosophique, le Jediisme. Mouvement qui pourrait bien un jour devenir une religion. Les Chrétiens, nous apprend « La Croix » peuvent se dispenser de se convertir, puisque comme nous l’apprend cet article, ils peuvent se retrouver dans le « message » de la saga Star Wars tout en continuant à annoncer la bonne nouvelle du Christ Rescuscité…

   J’ai vu « Star Wars » il y moins de dix ans en blu ray, et la seule chose que j’en ai retenue ou presque, ce sont les effets spéciaux passablement datés des premiers épisodes. Moi mon truc, c’est « La soupe aux choux », un film de 1981 que j’ai vu à sa sortie, à la Salle Notre Dame de Servance. Mon papa y a été projectionniste, au passage. Et à chaque fois que je revois ce film avec De Funès, Carmet et Villeret, je le revois avec mes yeux de gosse de 6 ans : les effets spéciaux m’ont sidéré quand j’étais petit et quand je les revois, l’émotion est quasi intacte, et presque meilleure que s’il s’agissait d’effets spéciaux numériques dernier cri : c’est une émotion vintage, qui ne changera plus, je pense. Ma madeleine de Proust est une soupe qui fait faire « prout ».

   Il faut oser le dire : à effets pourris égaux, le film « La soupe aux choux » aurait bien pu , tout comme « Star Wars » fonder lui aussi sa propre religion : non pas celle de ceux qui boivent le perniflard avec de l’eau du puits à 10 heures du matin, pètent le soir à la lune et voient des soucoupes volantes, mais la religion de ceux qui croient à la résurrection pratiquée par les extra-terrestres. Vite organisons un colloque avec Jean-Claude Bourret, les frères Bogdanov et le Pape…

   Après tout, la Denrée propose bien au Glaude de lui ramener Francine vivante alors qu’elle dort au cimetière depuis des années. Le Glaude accepte, et donne une mèche de cheveux de son épouse à La Denrée, qui l’apporte chez lui, sur la planète Oxo, afin de procéder illico presto à ladite résurrection. On ne voit pas la planète Oxo dans le film  : chez Giraud, il y moins de moyens que chez Lucas, c’est clair. On ne voit donc pas comment les compatriotes de La Denrée s’y prennent (comme avec la brebis Dolly ?) mais sitôt dit sitôt fait ou presque, maisun vaisseau apporte la jeune femme dans un drap, déposée de nuit dans la prairie. Au passage ce retour n’arrange pas le Glaude, qui voulait retrouver sa Francine vieille et la retrouve jeune, bien trop jeune pour lui : bien sûr, fraîche comme elle est,; elle ne veut pas de lui.

   Revenons-en à mon propos ; cinéma et naissance d’une religion par un film. Pour que naisse une religion, il faut croire. Quand je vois le bombé et le Glaude, je crois aux personnage de fiction pendant une heure et demie et c’est tout. Alors que quand ils ont vu le tombeau vide, les disciples de Jésus ont cru, et deux mille ans après on en parle encore. Jésus, lui a bel et bien existé, les historiens de l’époque, dont le Juif Flavius Josèphe, en attestent. Et à cette époque où le papier était plus rare qu’aujourd’hui, il fallait être rudement renommé pour qu’on couche votre nom sur une tablette d’argile ou un papyrus.

   En voyant ressusciter la Francine dans « La Soupe aux Choux », personne (à ma connaissance) ne s’est levé de son siège, n’a déchiré ses vêtements et cru. Pour qu’une religion naisse, il faut que quelque chose se passe et que des gens croient à ce qui se passe. Et un climat aussi : un prophète galiléen qui parle en paraboles qu’on met sur la croix parce qu’il gène, ça émeut. Quand Francine revient et se fait bronzer à poil dans le Bourbonais, comme une « bredine », ça fait marrer tout le monde, et pas de risque qu’un Saint Paul tombe de son cheval en se rendant à Damas.

   D’ailleurs, le jeedisme attend toujours son Saint Paul pour passer de statut de trucs d’illuminés à église. C’est en effet St Paul, un homme de culture à la fois juive et grecque, n’ayant jamais rencontre le Christ de son vivant, qui va, quelques années après la mort de Jésus, fonder les bases de l’église catholique… mais ça c’est une autre histoire.

Jean-Marc Grosdemouge

PS : je vous conseille de suivre la page Facebook de Jean-Claude Bourret. Mon confrère, que j’ai croisé deux fois et qui est super sympa, a beau avoir dépassé les 70 ans, il analyse l’actu avec un mordant sans pareil, et bien sûr nous tient en alerte sur les dernières avances en ufologie. Ne le demandez pas en ami, il ne pourra pas vous accepter, il a déjà les 5000 maxi autorisés. Quant aux frères Bogdanov, leur livre « Dieu et la Science », fru d’entretiens avec le philosophe Jean Guitton, est un délice. J’en ai parlé ici mais ça mérite un article plus poussé… à écrire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *