Coralie Clément "Bye Bye Beauté"

   Sur son premier album « Salle des pas perdus », avec des titres comme « L’ombre et la lumière » ou « Mes fenêtres donnent sur la cour », Coralie Clément faisait une assez sympathique copie conforme (quoique féminisée) de son frère Benjamin Biolay.

c clement   Elle rappelait la chanson Rive Gauche des années 60, dans un cadre surranné que s’est depuis également approprié le groupe Dorval (également proche de Biolay). A tel point qu’elle fut invitée sur la plateau de -ah, on est bieeen, la mythique émission « La chance aux chansons ».

   Pascal Sevran qui sucre parfois les fraises, l’avait même appelée Caroline. Pour ne pas revivre ça, mademoiselle Clément s’essaie au rock. Et vire au sous-rock. C’est l’écueil : le roc contre lequel son frêle esquif de voix vient d’abimer… dans la mer de nos larmes… de honte ou de rire, c’est selon. Mais ça plaira sûrement à Sevran. Lui qui trouve qu’une jeune femme habillée par la marque Jennyfer qui chante du Piaf, ça honore la chanson française, et que ça fait une belle bête à radio-crochet, trouvera sûrement ces guitares très jeunes, très « dans le vent ».

   C’est « bath », comme on disait de mon temps. Bravo, Caroline, tu as gagné ton ticket pour repasser dans l’émission dominicale, entre un paso doble et Mick Micheyl. Tu peux te resservir deux fois du gigot, on ne passera qu’au dessert. Et encore… Il y a sur cet album une chanson qui s’intitule « Avec ou sans moi »… Eh bien ce sera sans nous.

*

Jean-Marc Grosdemouge

Coralie Clément « Bye Bye Beauté » (Capitol/EMI), 2005

photo : Benoit Peverelli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *