Dianogah "Millions of brazilians"

dianogah   Ceux qui aiment l’énergie sèche et tendue que dégage le groupe écossais Mogwai, les férus de Sonic Youth ou de Fugazi devraient apprécier le rock abstrait et luxuriant de Dianogah, un trio chicagoan. Une basse ronde, une batterie métronomique avec beaucoup d’attaque, et des guitares abrasives forment le terreau de cette musique : beaucoup d’énergie, mais tout en retenue. Si certains titres sonnent un peu comme du Tortoise, c’est sûrement parce que John Mc Entire est venu aider le groupe a travailler le son. Les titres sont plutôt péchus, et il faut attendre le troisième tiers de l’album (les quatre derniers titres) pour que les compos se fassent moins abrasives. Dianogah part alors dans des directions plus soft et chatoyantes. Sur le papier, l’équation de Dianogah (formule abrasive + pas de paroles + des digressions sonores) n’était pas facile à résoudre. A l’écoute, elle séduit.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Dianogah « Millions of brazilians », 1 CD (Southern Records/Chronowax), 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *