Enrico Rava, Stefano Bollani "The Third Man"

     Un pianiste gracieux et le Pininfarina de la trompette, capable de designer l’espace sonore à coups de petits traits soufflés voluptueusement dans son instrument, réunis dans un même studio, et Manfred Eicher à la console d’enregistrement : ça devrait vous metTre l’eau à la bouche…

the-third-man

   Si ça ne vous met pas l’eau à la bouche, c’est que vous ne lisez pas suffisamment la rubrique jazz de ce site où je m’évertue à crier douze mois par an tout le bien que je pense d’ECM, à tel point que certains vous finir par croire que je fais tout ça pour être embauché par le label… Le troisième homme est donc l’addition d’un champion du clavier subtil (Stefano Bollani, déjà apprécié avec « Piano solo ») et d’un souffleur méditatif, Enrico Rava, c’est à dire un musicien qui ne produit que de la beauté pure. Cette rencontre magique entre deux êtres (elle culmine avec « Retrato Em Branco Y Preto » de Jobim) est de celle qui ne s’oublient pas. Entre le trompettiste aux cheveux blancs et le pianiste son cadet, un courant est passé, et il passera également en vous si vous faites le choix d’écouter cet album. Mais ce choix ne devrait pas s’avérer difficile : pour paraphraser Stendhal, ne peut-on pas dire que pour chaque jazzfan, l’Italie est une seconde patrie ?

*****

Jean-Marc Grosdemouge

Enrico Rava, Stefano Bollani « The Third Man », 1 CD (ECM/Universal), 2007

Infos : www.ecmrecords.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *