Eric Aldea "Saturno o Cippola"

   Voici la première sortie du label 0101 (prononcez o one o one »), émanation du label nancéien Ici D’ailleurs, qui ayant fait sauter la banque avec Yann Tiersen (« Amélie Poulain » oblige), place l’argent de la miraculeuse culbute dans des projets électroniques moins grand public.

eric aldea   Première sortie, mais l’artiste n’est pas un perdreau de l’année. C’est même un revenant, puisque le lyonnais Eric Aldéa est un ancien des Deity Guns et de Bästard. Il a composé des musiques pour des chorégraphies de la compagnie « La Baraka »/Abou Lagraa, qu’il nous présente sur cet album. Il n’y a pas de danseur sur scène pour les accompagner comme ce fut le cas lorsqu’elles ont ont été jouées, mais Aldéa nous transporte, et c’est notre âme qui virevolte au son d’une flûte nord-africaine. Parfois, ce sont comme des sonorités proches des bandes sonores des films du réalisateur américain David Lynch. Mais des sonorités qui auraient croisé la route de quelque sorcier de l’électronique.

   Une musique idéale pour la méditation ou le cinéma mental, une invitation aux voyages immobile. Ici, le voyage coûté le prix d’un disque (c’est dire si c’est modique), et en plus, il durera longtemps, très longtemps.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Eric Aldea « Saturno o Cippola ? », 1 CD (0101/Wagram), 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *