Goldie "Timeless"

   S’il a été le petit ami de Björk durant les années 90, Goldie est lui aussi un esprit bien barré musicalement, dans un genre un peu moins connu : la drum and bass. Son album de 1995 reste un classique du genre.

Goldie_Timeless   Si « New Forms » de Reprazent, sorti en 1997, est l’album jungle qui a fait exister ce genre aux yeux d’un large public, « Timeless », sorti en 1995, soit un an après l’explosion drum and bass outre-Manche, est celui qui l’a fait exister tout court. Goldie (alias Clifford Price est ainsi surnommé en raison de sa dentition dorée) sort donc son album. Dans le premier morceau, justement nommé « Timeless » (et qui dure 21 minutes), il reprend l’un des ses singles, « Innner City Life », chanté par Diane Charlemagne, suivi de « Pressure » (également chanté), lui-même suivie de « Jah ». Puis vient « Saint Angel », un morceau fiévreux et sec comme un coup de trique, et « State of mind », dont n’ose à peinde dire qu’il commence par quelques notes de piano qui évoquent le meilleur de Jamiroquai… mais le meilleur de Jamiroquai c’est son premier album, le second à la rigueur et basta ! On s’éloigne de « Saint Angel », un morceau sensuel et languide, porté des beats chaleureux et souples comme de la bonne soul music.

*****

Jean-Marc Grosdemouge

Goldie « Timeless », 1 CD (Ffrr/Barclay), 1995

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *