Granada "Granada"

granada   La Scandinavie a encore frappé ! Les Suédois de Granada font penser au groupe écossais The Delgados, autant pour leur son que pour le fait que, comme les Ecossais, il s’agit d’un groupe du nord de l’Europe qui se choisit un nom espagnol. Peut être histoire de dire « ne fuyez pas ; nos chansons sont chaleureuses comme le soleil de méditerranée ; ce n’est pas le soleil de minuit… »

   Dès les premières minutes de « Amazing it seems », les quelques notes de piano et les voix mêlées de Anna Jarvinen et Christopher Gunrup donnent le ton : mélodies pop au coin du feu, pas de gros son mais de jolies chansons qui se suffisent à elles mêmes, comme on sur le faire Tom McRae ou I am Kloot récemment… « Sister » voit un orgue de bon aloi donner une touche légèrement mystique au titre suivant, tandis que sur « Beginners », c’est une guitare solo qui semble toute droit sortie de chez Nick Drake, qui ouvre le morceau. Et la voix de Christopher ne déçoit pas, si bien qu’on se croirait sur un titre de « Fives leaves left » ou « Pink moon », du regretté Nick Drake.

   Vient ensuite une autre chanson à marquer d’une pierre blanche (« Helene ») et un morceau au piano très John Cale (« Rain ») suivent, avant que les choses ne deviennent plus bluesy (« Two States » et son harmonica), voire extraterrestres (« Hey what’s going on Kerttu Orama », qui dure sept minutes), avant de retomber sur terre avec « Best wishes », pâle copie de Spain.

   Retour à des sonorités plus « granadiennes » sur les deux derniers morceaux : « Jubilee », petite chanson fredonnée plus que chantée, et « Starting over », harmonica et orgue en avant. Ambiance Mazzy Star pour se quitter comme on s’est rencontrés : sur la pointe des pieds, en douceur, sans faire de bruit, mais avec grâce et panache. Pour les amateurs de douceur.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Granada « Granada », 1 CD (Sprinkler/Universal) 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *