Michel Houellebecq "Présence humaine"

   Michel Houellebecq qui chante. Non vous ne rêvez pas, c’est bien LE Michel Houellebecq, le seul, l’unique, le poète et romancier, auteur de « Extension du domaine de la lutte » et des « Particules élémentaires ».

houellebc presence   « Du rap mou » a dit Bertrand Burgalat, patron du label Tricatel, qui publie ce disque, pour le qualifier. Du rap mou avec la bouche pâteuse, ajoutons nous, taquins que nous sommes. Cet album aligne quelques plages de rap branché, poético-littéraire, très parisien. Très germanopratin même. Oui, « Présence humaine », c’est tout cela. C’est mou aussi. C’est mou surtout. Disons que pour aimer ce disque, il faut aimer les poèmes de l’auteur d’ »Extension du domaine de la lutte » et des « Particules élémentaires. » Et aimer le « Tricatel Sound » un brin rétro, fait de guitares wouah wouah, d’orgue hammond et de basses bien rondes. La voix du poète est une voix blanche, désabusée. Les musiques et les textes, pris séparément, sont bons. La rencontre des deux est agréable. Sans plus. « Playa Blanca » c’est un peu « L’été indien », à cette différence près que celui qui la chante n’a pas de sympathies de gauche, et qu’il n’est pas un grand séducteur mais un quadra mâle occidental, sans illusions, et un peu trop porté sur la masturbation. Même si Houellebecq est un romancier qui compte, et que Tricatel est un rudement bon label, les gens susceptibles d’aimer ce disque ne sont pas légion. Bref, on ne trouvera pas grand monde pour bander à l’écoute de ce disque… à part peut-être à Saint-Germain-des-Prés, qui aime bien faire et défaire les modes. Pas sûr néanmoins que ce disque survive à la hype.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Michel Houellebecq « Présence humaine », 1 CD (Tricatel/Wagram), 2000

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *