Ivan Smagghe, compileur hard

Capture d_écran (4)   Ivan Smagghe sort sa sortie de sa nouvelle compilation intitulée « Hard », chez Chronowax. Au menu : des nouveautés électro venant de plein de pays différents. Avec une petite pointe de revival eighties dans de nombreux titres.

   Nous n’avons pas résisté à l’envie de poser quelques questions à Ivan Smagghe, ancien vendeur de disques (chez Rough Trade à Paris), journaliste et DJ, musicien (Black Strobe, avec Arnaud Rebotini). Propos recueillis par Jean-Marc Grsodemouge

Epiphanies : Pourquoi ce titre « Hard » ? Quelle est sa signification, s’il y en a une ?

Yvan Smagghe : C’est juste un peu de provocation puisqu’elle n’est pas si ’dure’. La vie, oui parfois. C’est aussi pour aller à l’encontre des compilations loungo – emmerdantes.

Peut-on considérer que c’est la suite de tes compils « test » que tu faisais sur le label Nova ?

YS : Avec un peu plus de liberté puisqu’elles ne sont pas le reflet de l’émission.

Est-ce que ton émission sur Nova ne te manque pas trop ? Pourquoi avoir quitté la célèbre station de Jean-François Bizot…

YS : Absolument pas. je n’ai jamais fait autant de choses que depuis le moment où j’ai quitté nova, en mauvais termes d’ailleurs. No comment.

Il y a un revival eighties en ce moment (ex : Fischerspooner, Robots in Disguise, et d’autres), et ta compil s’en fait en partie l’écho … Que penses-tu de ce revival ? Penses-tu que c’est sincère ou que c’est une blague qui ne durera pas ?

YS : J’espère ne pas faire l’écho que de ce revival. le bon côté des eighties, c’était la rencontre de l’électronique, du disco et de la rage punk. certains sont sincères, d’autres non. certains sont bons, d’autres non.

Considères-tu que tu fais partie, en France, des leaders d’opinions qui ont contribué à faire de ce revival un truc branché ?

YS : Peut-être. J’espère avoir donné un coup de main à certains qui en ont plus besoin que le label Gigolo.

Jean-Marc Grosdemouge

Compilation « Hard. Immediate music programmed by Ivan Smagghe », 1 CD (Chronowax), 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *