Jacno "French paradoxe"

jacno   Jacno est un être rare : d’un point de vue médiatique d’abord, alors que son influence est forte sur des nombreux artistes français. D’un point de vue discographique ensuite : il sort peu d’albums. Et enfin d’un point de vue artistique : sa musique ne sonne comme nulle autre pareil. Sauf, peut-être quand il reprend son tube des années 80, « Rectangle » (fond sonore de pubs Nesquik du temps où Groquik faisait la joie des petits). Un « Rectangle », qui repris avec AS Dragon, sonne un peu comme « Heart of glass » de Blondie, ce qui n’est pas dommage. Normal : le punk, Jacno (ex-Stinky Toys) connaît. Seul reproche qu’on puisse faire à cet album, qui a également reçu le renfort de Helena Noguerra (à la voix sur « Désamour ») et de Miossec (qui cosigne les paroles et chante sur « Toi et moi ») : il est trop court. Jacno interprête des titres d’Arthur H (qui signe la musique de « Les Objets ») et reprend « J’suis snob » de Boris Vian. Mais tout, collaborations comme apports extérieurs, tout est passé à la moulinette et ressort estampillé du « son Jacno », très identifiable. Si seulement Jacno donnait plus souvent de ses nouvelles : on chercherait moins souvent quelle bonne nouveauté se mettre sous la dent.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Jacno « French paradoxe », 1 CD (Wagram), 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *