Jad Wio en beatnik de l'espace

 Un beau jour de 1993, la France mitterandienne a pu assister à l’éclsoion médiatique de Jad Wio, dans le « Taratata » d’Etienne Daho puisque le Rennais avait apprécié « Fleur de métal » tout juste paru au point qu’il interpréta « Bienvenue » en duo avec le groupe, livret du disque à la main pour ne pas se tromper de paroles.

jad   Dans l’émission, Nagui parlera même de « concept album »  : un beatnik de l’espace à la recherche de sa fleur de métal. Comme l’album était bien distribué (en tout cas sûrement le plus promu depuis le début de la carrière du groupe au milieu des années 80), ceux qui en avaient l’envie et les moyens (120 francs), dont moi, se sont rués par ce « Blade Runner » rock, avec deux reprises sixties (« Contact », écrite pour BB par Gainsbourg étiré en longueur, et un tonitruant « SOS Mesdemoiselles » emprunté à Ronnie Bird). Ambiance futuriste et rétro, production signée par un BB, Bertrand Burgalat, dont la basse sur « Tsé tsé » est mémorable.

   Le titre qui clôt l’album et qui vous est présenté ici, est un sommet de pop glam à la française, avec un solo de mélodica inoubliable. Les fans d’Hubert Reeves devraient apprécier les métaphores spatiales

Jean-Marc Grosdemouge

Titre en écoute : « Mystère »

Jad Wio en concert dimanche 12 fevrier au Supersonic (9 rue Biscornet, 75012 Paris Métro Bastille)
https://www.facebook.com/supersonicbastille/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *