Jan Garbarek "In praise of dreams"

garbSept ans après « Rites », ce dernier revient en état de grâce… et d’apesanteur avec un jazz minéral purement époustouflant.

Il y a peu je réécoutais « The Soul Cages » de Sting, sur lequel Manu Katché assurait la section rythmique. L’occasion de se remémorer qu’avant de jouer les jurés télévisuels (« A la recherche de la nouvelle star »), le batteur français avait un jeu à tomber. « Quid de son actuel » se demandait-on. La réponse ne vient pas de la plus putassière des chaines de télé, M6, mais du plus excellent des labels, ECM. En effet, Katché participe au dernier album du saxophoniste norvégien Jan Garbarek. Sept ans après « Rites », ce dernier revient en état de grâce… et d’apesanteur avec un jazz minéral purement époustouflant. Un vent de liberté (qu’apporte le joueuse de viole Kim Kashkashian) parcourt chacun de ces titre, qui louchent parfois vers l’électronica. En effet, Garbarek joue aussi des synthétiseurs, et les rythmiques de Katché sont renforcées par des des loops et des samples. Indispensable.

*****

Jean-Marc Grosdemouge

Jan Garbarek « In praise of dreams », 1 CD (ECM/Universal), 2004

Infos : www.ecmrecords.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *