"La prochaine fois, je vous le chanterai"

   Je sais, pour profiter de cette émission, il faut se lever tôt… ou l’écouter sous la couette, car ce rendez-vous toujours savoureux est diffusé le samedi, à 10 heures. Or le samedi matin succède généralement à la soirée du vendredi, celle où l’on sort…

   La voix grave du « mammifère omnivore » Philippe Meyer, connu pour sa faconde et son amour de la chanson (même la plus ancienne) est donc de celles qui se méritent. C’est généralement avec les yeux qui piquent et la tête embrumée que j’écoute « La prochaine fois, je vous le chanterai. »

   J’avoue que je ne l’ai jamais regretté, car j’ai pu ainsi découvrir les choix musicaux du cinéaste Bertrand Tavernier (dont la chanson de Jean-Pierre Marielle et Jean Rochefort (« Paris jadis » et son refrain « eh ! allez donc, envoyez la rengaine, de la chanson gnan gnan et chauvine et vieux jeu »), la chanson « hon » (Meyer ne dit pas « con »), toujours ringarde, et des interprétations de chansons de classiques par divers artistes (« A deux c’est mieux » : « J’voudrais pas crever » par Lavilliers ou « La complainte du progrès » par Chanson Plus Bifluorée, par exemple. A chaque fois, Meyer explore une thématique : le dimanche, les paradis artificiels, ou encore les chansons françaises interprétées par des artistes internationaux… ou l’inverse. Pour mieux ménager l’effet de surprise, l’animateur ne fait que désannoncer les titres. Si vous craquez, il vous faut donc attendre avec impatience la fin du titre, crayon en main.

   Cette émission est un croisement qu’on ne verra peut être jamais : celui de « Bide et Musique » version cultivée et de votre oncle qui connaît plein de chansons, version service public. Cette émission se veut une « pêche aux voix », en passant d’une chanson à une autre, ancienne ou récente. « Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une voix ? se demande le journaliste Philippe Meyer. Qu’est-ce qu’on y trouve, retrouve, découvre quand elle surgit inopinément d’un haut-parleur ? Des reflets de notre époque, des fragments de nos vies, des aspirations oubliées, des moments inoubliables, des mots unis pour le meilleur, des notes qui ne paient pas toujours de mine mais qui passent d’une génération à l’autre sur des airs qui n’ont l’air de rien. » Suivons l’invitation de Philippe Meyer, et « promenons-nous dans les voix. »

Jean-Marc Grosdemouge

« La prochaine fois, je vous le chanterai », le samedi à 10 h 10 sur France Inter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *