Lee Konitz fait ses débuts sur le label Impulse!

Depuis sa renaissance, le label Impulse! donne sa chance à des artisans confirmés du jazz, comme Lee Konitz, qui n’est pas un débutant mais joue avec la fraîcheur et l’allant d’un jeune homme.

Bon pied bon oeil mister Konitz : à l’âge où un Alain Juppé se voit renvoyé dans ses pénates bordelaises à la Primaire de la droite, le légendaire sax alto signe son premier enregistrement pour Impulse!

Le légendaire label est celui qui a vu la fine fleur du jazz s’épancher sur ses sillons des années 50 aux années 70 (les fans se rappellent des vinyles à la tranche orange et noire) et même ceux qui n’écoutent pas du jazz d’avant-garde (dont Impulse! a été un des fers de lance sinon LE fer de lance ) savent par exemple que « A Love Supreme » de Trane est sorti sur i!).

lee-konitzEt ce légendaire label dis-je n’a pas fait le choix esthétiquement douteux de Blue Note (s’ouvrir à la pop jazzy façon miss Jones) mais mise sur un fringant instrumentiste qui, aux cotés de Kenny Barron (Piano), Peter Washington (Basse), et Kenny Washington (voix), débite du bon jazz à l’ancienne, qui swingue comme il faut.  « C’est dans les vieux pots »…

Non mais stop : Lee Konitz n’a pas l’air d’un pot, et à l’écouter, on a tous envie de vieillir comme lui. Comme le bon vin. L’avant-garde ne se rend pas, elle vieillit comme le bon vin. Voilà une phrase à faire peindre dans une assiette.

****

« Frescalalto », 1 CD, 2016, Impulse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *