Lee Ranaldo "Music for stage and screen"

lee ra   Quand il ne tient pas la guitare dans Sonic Youth, Lee Ranaldo compose des musiques instrumentales noires comme le charbon (et comme la pochette du disque) pour le théâtre (« I demoni », « Barbablu », « American Magic ») et le cinéma (« Jealousy »), à côté desquelles les morceaux de Gordon-Moore-et-compagnie passent pour sacrément pop. Amateurs de saturations à la « Daydream nation », « Goo » ou « Dirty », vous voilà servis. Ici, ça vibre, ça grince, ça crisse, ça craque, et l’on réservera l’écoute de ce disques aux plus aventuriers. Il paraît que les morceaux présentés ici sont les plus accessibles de l’artiste. Sans blague, on aimerait bien entendre à quoi ressemblent les chutes. Histoire de se faire peur.

**

Jean-Marc Grosdemouge

Lee Ranaldo « Music for stage and screen », 1 CD (Disques du Soleil et de l’Acier), 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *