Les Négresses Vertes "Acoustic Clubbing"

   Les Négresses Vertes, apparues à la fin des années 80, ont eu envie de faire le point en ce début de millénaire. Plutôt que de sortir un vulgaire « best of » ou un enregistrement de concert (déjà fait dans leur cas), ils ont ré-enregistré leurs chansons en live. En live, c’est-à-dire en jouant tous en même temps. Et, ce qui est un peu plus surprenant, en acoustique.

neg v cd   Mais c’est un enregistrement sans public : clubbing donc. Une sorte de show case intimiste et décontracté, mais pas dans les rayons d’une grande surface culturelle. Un bœuf dans un studio d’enregistrement. Est-ce parce que les compilations de lieux (comme celles de Claude Challe) nous ont habitué au down tempo que les Négresses nous rejouent leurs chansons façon « je me la coule douce » ? Toujours est-il que c’est très bon, et que la prochaine fois qu’on fera une sauterie, on laissera les tomes 28 de « Buddha Bar » et 32 de « Nirvana Lounge » au placard. Cet « Acoustic Clubbing » fera fort bien l’affaire. Et en plus, on pourra danser, et peut être que les filles rouleront des hanches sur « Leila ».

   Après avoir été remixés par les Anglais de Massive Attack (quel honneur !) au début des années 90, les Négresses Vertes se remixent eux-mêmes : l’ambiance est swing, les musiciens s’écoutent jouer. Voilà des chansons allanguies, qui tranchent singulièrement avec l’ambiance baloche, accordéons et flonflons de leurs débuts. L’accordéon est toujours là, mais moins en avant, plus lent, donc plus mélancolique Façon Astor Piazzola (ou Gotan Project) plus qu’Aimable et Son Orchestre donc. Alangui mais pas mort de fatigue, cet album qui fleure bon le soleil va réchauffer nos rudes soirées d’hiver…

**

Jean-Marc Grosdemouge

Les Négresses Vertes « Acoustic Clubbing », 1 CD (Delabel), 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *