Lizz Wright "The Orchard"

lizz     Quand on l’a découverte avec « Salt », elle avait déjà tout d’une grande… on ne pouvait qu’être séduit. Sur son deuxième album, « Dreaming wide awake », elle installait d’autres climats et raflait encore la mise. Sur ce troisième album, fort d’une nouvelle ambiance encore une fois, résolument soul et moderne, elle se montre toujours aussi envoûtante.

     On sait désormais, on en a l’intime conviction et trois albums majeurs pour preuve tangible, que cette demoiselle ne peut pas faillir. On attendra donc jusqu’à la fin de notre vie chacun de ses albums en sachant déjà qu’elle y a mis toute son âme, toute la puissance de son contralto plein de gospel, toute sa foi de femme et de chanteuse… A l’écouter parfois sur « The Orchard », sur lequel elle s’essaie à quelques reprise (« I idolize you » d’Ike et Tina Turner, « Hey Mann » de Sweet Honey in the Rock’s , « Thank You » de Led Zeppelin ou « Strange » de Patsy Cline), on se dit qu’elle pourrait travailler avec Timabaland ou Outkast sur son prochain album : ses albums démontrent que son univers, autrefois très marqué par le jazz, est de plus en plus actuel. Et avec Lizz, aucun risque de la voir somber dans la bitchy music : elle est fille de pasteur (ça forge une morale) et a beaucoup trop de classe naturelle pour ça…

****

Jean-Marc Grosdemouge

Lizz Wright « The Orchard », 1 CD (Verve/Universal), 2008

Infos : lizzwright.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *