Recherche Lewis désespérément

Imlita117_highres_coveraginez que Nick Drake ait vécu assez longtemps pour atteindre les années 80 toujours aussi inspiré, et qu’il ait découvert les sythétiseurs. Saupoudrez de mystères, remuez et vous avez le plus bel album sorti en 2014… redécouvert plus de trente ans après sa sortie (confidentielle) en vinyle.

On a trouvé le chaînon manquant entre le Bruce Springsteen de « Nebraska  » et The Blue Nile… un beau gosse canadien qui aurait enregistré à Los Angeles cet album, paru confidentiellement en 1983.

Pépite pour collectionneur de vinyles, « L’amour » est aujourd’hui réédité par Light in the Attic, label dénicheur de grosses pépites, mais son auteur restait introuvable quand son premier album a été réédité, vite suivi par son second, « Romantic times « .

Prenez « Sugar man », transportez-le en Californie, avec une merco blanche décapotable et une petite copine mannequin, ajoutez des claviers façon Angelo Badalamenti, et vous aurez droit à ce disque entre folk pastorale et ambiances cotonneuses. Voici donc une sorte de film de David Lynch sans les images… à vous de vous les créer, grâce à ce « Mulholland Drive » grandeur nature puisque l’œuvre et sa destinée sont tout aussi mystérieuses l’une que l’autre.

Dommage que le réalisateur Malik Bendjelloul, réalisateur de « Searching for Sugar Man » ne soit plus de ce monde : après Sixto Rodriguez il aurait peut être pu retrouver ce… comment s’appelle-t-il déjà ? Randall Wulff. Parce que bien sûr, Lewis c’est un pseudo.

Epilogue : quelques mois après la réédition de « L’amour », ls fins limiers de Light in the Attic ont retrouvé Lewis, du côté d’Edmontn, toujours vêtu de blanc, marchant avec une canne. Ils ont même eu le droit de le photographier (voir) et lui ont présenté le premier chèque de royalties à son nom.

Il l’a refusé et même s’il n’a pas déploré la réédition de ce disque qui faisait bel et bien partie d’un passé pour lui révolu, il a demandé à ce qu’il n’y ait plus de nouveau pressage. Aussi la réédition deviendra sans doute dans trente ans à nouveau une rareté… à moins que notre homme change d’avis.

*****

Jean-Marc Grosdemouge

« L’Amour », 1CD, 2014, Light In The Attic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *