Lisa Gerrard "Whalerider"

whale   « Tiens, le nouvel album de Lisa Gerrard » se dit le mélomane, au vu de cette jolie couverture vert émeraude dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle est épurée. Pas tout à fait : « Whalerider, original soundtrack » est-il inscrit au dessus de la liste de quinze titres. D’ailleurs, le prochain album solo de l’ex-chanteuse de Dead Can Dance (« Immortal memory », enregistré avec Patrick Cassidy) sortira début 2004.

   Le vert de la pochette est en fait celui de l’océan pacifique : l’australienne Lisa Gerrard a répondu à l’amicale commande de la réalisatrice néo-zélandaise Niki Caro, qui a porté à l’écran un mythe maori. Là-bas, la légende veut que la baleine soit l’ange gardien du peuple maori. Dans la ville de Whangara, on croit même que le premier ancêtre, Paikea, est arrivé sur le dos d’une baleine. Une lignée de chefs s’est constituée, tous descendants mâles de Paikea. Pai est l’un de ces descendants du « whalerider » (chevaucheur de baleine »), et le film du même nom raconte sa vie. Touchée par le scénario, Lisa Gerrard a accepté d’en signer la musique. Celle-ci est pratiquement toujours instrumentale (même si l’on croit parfois distinguer quelques fragments de voix sur quelques titres), très lente et formidablement évocatrice.

   Ces titres qui invitent au repos se colorent parfois de chants maoris, et même si ce disque n’est pas aussi convaincant que les « vrais » disques solos de Lisa, c’est tout de même mieux que les bandes originales du « Grand Bleu » ou « Atlantis » signées Eric Serra (quoique celles-ci ne sont pas dépourvues de charme).

**

Jean-Marc Grosdemouge

Lisa Gerrard « Whalerider », 1 CD (4AD/Beggars), 2003

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *