Manu Katché "Playground"

     Mais oui, bien sûr, c’est lui : vous l’avez vu derrière ses fûts en compagnie de Peter Gabriel Sting ou Stephan Eicher. Vous l’avez aussi vu dans le jury de la « Nouvelle Star » sur M6. Mais Katché est avant tout quelqu’un qui vibre par et pour le jazz.

katche play    Et il s’acclimate fort bien au magnifique son ECM. Après l’album « Neighbourhood » en 2005 enregistré à Oslo, c’est à New York qu’il a emmené ses acoyltes polonais (Marcin Wasilewski au piano, Slawomir Kurkiewicz à la contrebasse) et le scandinave Trygve Seim digne remplacant de Jan Garbarek, qui jouait sur le précédent album et le trompettiste Mathias Eick (qui, lui, remplace Thomas Stanko) pour y enregistrer ces plages de jazz tout en douceur. Le guitariste David Torn est également sur le premier et le dernier morceau de ce « terrain de jeu » fertile en échanges entre les instrumentistes. Encore une fois, la douceur de son jeu, le touché subtil des cymbales font de Manu le Paul Motian français, capable d’instaurer des atmosphères de doux swing. Quand on l’a croisé il y a deux ans, Manu Katché nous confiait faire par écouter du jazz aux équipes de télévision avec lesquelles ils travaille sur M6 et avoir réussi à intéresser des gens à cette musique. Si la même chose se produit avec les téléspectateurs, ce serait une « mission » réussie, même si notre homme ne se donne aucune mission, si ce n’est de collaborer avec les musiciens qu’il veut pour faire la musique qui lui ressemble, des « morceaux d’émotion » pour reprendre le titre d’une de ses compositions.

****

Jean-Marc Grosdemouge

Manu Katché « Playground », 1 CD (ECM/Universal), 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *