Mathieu Boogaerts "2000"

   Six ans déjà qu’on a fait connaissance avec Mathieu Boogaerts, le pierrot lunaire de la chanson française. Six ans qu’il ne se prend pas la tête, mais aligne des petites chansons qui vous trottent sans arrêt dans la nôtre de tête. Cela a commencé par le mini-tube « Ondulé », sur l’album « Super », au milieu des années 90.

mathieu-boogaerts-2000 cd   Avec « 2000 », publié par sa nouvelle maison de disques (l’impeccable label Tôt ou tard), ses mélodies n’ont pas fini de nous ravager délicieusement le ciboulot. Le son de Mathieu Boogaerts est de plus en plus ample, travaillé, et riche. « Renée » ou « Tu es » (et ses trompettes) ont quelques accents jazzy qui, si on doit rester dans des références françaises, évoquent les meilleurs arrangements d’Enzo Enzo ou Michel Jonasz. « Le Ciment » ou « Rendez-vous dans sandwich » font poindre quelques influences africaines. Et puis l’on se souvient de son voyage en Afrique et de l’amour que Mathieu professait déjà pour Fela à l’époque de son premier album. « Quel été 2000 » a quelques réminiscences polynésiennes ou caraïbéennes, et l’on se surprend à taper du pied ou à claquer des doigts. Pourtant, c’est l’histoire d’un « parisien tout seul dans une purée de pois », parce que le temps est pourri. Quel été de merde ? Boogaerts ne le dira pAs, préférant chanter : « quel été deux… mille. »

   Qu’il raconte une carte postale de mariage qui depuis a pris l’eau (« Las Vegas »), qu’il vienne faire sa déclaration (« L’espace »), qu’il rende hommage à un ami disparu (« Dom ») ou à l’inventeur de la roue (Mathieu imagine qu’il l’a fait pour épater la belle Nehemie d’Akkadé), Boogaerts signe de pures perles de chansons pop : accessibles et très bien foutues. C’est qu’il a travaillé sur cet album, Mathieu, et le résultat est à la hauteur de nos espérances. Le meilleur exemple de cette « mue » opérée par Mathieu Boogaerts est le titre « Bye », chanson poignant (« bye bye, les amis / je plie, je remballe / j’ai plus j’ai plus l’envie, j’ai plus la taille, plus d’appétit ») magnifiquement servi par les claviers d’Albin de la Simone.

   Ecoutez l’album « Super », le premier de Mathieu Boogaerts, puis comparez avec « Bye » (ce son ample, digne de Motown) et vous comprendrez tout. « Si c’est mieux, dites-le moi », chante-t-il. Oui, c’est mieux. C’est de mieux en mieux. Continue Mathieu, on adore déjà. Surtout le titre « Matthieu » (avec deux T, qui parle de son pote Matthieu Chedid ?), parce que cette chanson nous rappelle que tu es peut être toi aussi une prochaine méga révélation pour le grand public.

*****

Jean-Marc Grosdemouge

Mathieu Boogaerts « 2000 », 1 CD (Tôt ou Tard/Warner), 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *