Michka Assayas surfe sur de bonnes ondes radio

   Bien avant d’animer « Very Good Trip » sur France Inter,  Michka Assayas dépeignait en 2009 un animateur radio gentiment cafardeux. Ca s’appelait « Solo » et on en parle toute suite après le jingle.

solo   J’avoue avoir eu envie de lire ce livre parce que je suis de près la culture rock, dont Assayas est l’un des représentants les plus érudits (j’ai son épais « Dictionnaire du rock chez moi », qui est un peu au critique rock ce que le Gaffiot est aux latinistes) et parce que j’avais entendu dire que le héros du livre, Denis, pouvait faire penser à l’animateur Bernard Lenoir.

   Même si je n’ai pas été forcément transporté (il manque à Assayas un je ne sais quoi qui fait que quand il essaie d’évoquer la mélancolie, il le fait moins bien que Houellebecq) j’ai quand même apprécié ca livre, parce qu’il dresse le portrait d’un animateur radio encore ado dans sa tête, qu’il fait le point sur la pop culture actuelle et le fait notamment qu’elle ne soit plus porteuse de la moindre solorebelion, mais juste asservie aux impératifs mercantiles, et parce qu’en mélomane averti qu’il est, Assayas réussi fort bien dans ce livre, à nous faire entendre des sons.

   On a dit de Patrick Suskind qu’il a parlé des parfums mieux que quiconque, eh bien Assayas parle des ondes radio et des studios de manière très perspicace. C’est bien normal de la part de quelqu’un qui tâte lui même souvent de ce média, mais je tenais à le souligner.

***

Jean-Marc Grosdemouge

« Solo », ed. Grasset, 2009, 288 pages.

Infos : site des éditions Grasset

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *