Nina Nastasia "Run to ruin"

nina   Elle est de retour, et elle toujours aussi envoûtante, Nina. Kristin Hersh a trouvé quelqu’un de sa trempe sur le terrain du folk serti d’arrangements de cordes. Un beu country, un peu blessée, la voix de Nina Nastasia est une plainte et une caresse à la fois.

Alors que Spain est dissout, que Will Oldham n’en finit pas de changer de pseudonymes, Nina Nastasia confirme ce qui nous avit sidéré sur l’album « The Blackened air » : elle sait s’en tenir aux fondamentaux de la chanson folk.
C’est-à-dire créer de jolies chansons qui valent pour elles-mêmes et chez qui les effets de productions (cordes, écho, etc.) ne sont pas un cache-misère. Rien de tel qu’une chanson simple (pouvant être jouée à la guitare) et une voix habitée.

Donnez une guitare et un micro à cette demoiselle, faites la monter sur scène, et je suis sûr qu’elle peut vous transporter. C’est ce que l’on pressent en tout cas à l’écoute de cette « course vers la ruine ». Vous ne courez pas à votre perte en courant l’écouter.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Nina Nastasia « Run to ruin », 1 CD (Touch and Go/Chronowax), 2003

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *