Perry Blake "Genevieve"

   Il y a vingt ans débarquait un Irlandais à la voix haut perchée, avec un premier album signé chez Polydor, soit ce qui se fait de mieux en terme de puissance de feu niveau promo (on vous achète des pages de pub dans la presse) et marketing (votre disque est placé bien en évidence dans les rayons de la Fnac).

perry   Et le disque éponyme, était largement à la hauteur de l’investissement : de la pop de haut vol, que certains ont pu également classer dans la rubrique « trip hop »… C’en était pas à proprement parler, mais pourquoi pas… en tout cas la mélancolie du trip hop était bien présente, à défaut de scratches et des samples de disques vinyle.

 En quelques titres plein d’émotions, des cordes savamment travaillées et une production sombre et crépusculaire que ne renierait pas Kate Bush (qui atteint son paroxysme sur ce « Genevieve »), Perry faisait de nous son ami pour la vie. Côté business, rien n’est moins sûr : on cherchera en vain la galette sur les sites de streaming, ce qui est fort dommage. Heureusement, notre homme a poursuivi son chemin. On ne sait pas trop ce qu’il devient là maintenant tout de suite, mais espérons qu’il refasse surface au plus vite. Tiens et si on (re)lancait le buzz ?

Jean-Marc Grosdemouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *