Petra Magoni & Ferruccio Spinetti "Musica nuda"

65000020-pochette     Si vous croyez que pour swinguer, le jazz doit se pratiquer en formation big band, avec pléthore de cuivres et débauche de musiciens, détrompez-vous !

Ce duo italien, composé d’une vocaliste, Petra Magoni, et d’un ancien contrebassiste du Picola Orchestra Avion Travel, Ferruccio Spinetti, n’a pas besoin de grand chose pour faire valdinguer les notes. A deux, ils repeignent à la note bleue Monteverdi, mais aussi quelques standards de la pop (« Raindrops keep falling on my head » signé Burt Bacharach ou « Imagine » de John Lennon), du rock (« Roxanne » de Police, ou « Blackbird » et « Eleanor Rigby » des Beatles), de la disco (« I will survive » devient fréquentable, c’est trop rare pour être signalé en gros en rouge et surligné trois fois), de la bossa nova (« How insenstive » de Jobim) ou de la variété transalpine (« Prendila cosi’ » de Battisti). Petra a une voix de petite souris façon Kate Bush, et l’archet de Ferruccio est aussi alerte que celui de son presque homologue français Vincent Ségal, qui officie, lui… au violoncelle. Comme le duo Bumcello dans son genre, la paire Magoni-Spinetti déstructure à qui mieux-mieux les titres et leur insuffle une bonne dose de vie, en appliquant la méthode Miles : « l’important ce n’est pas de jouer beaucoup de notes. Il faut juste savoir jouer les bonnes. » Vivre tout nu c’est la paradis : ce qui vaut pour les naturistes sur les plages en été vaut aussi toute l’année pour la musique, sur quinze plages d’une galette.

****

Jean-Marc Grosdemouge

Petra Magoni & Ferruccio Spinetti « Musica nuda », 1 CD (Bonsaï/Night and Day), 2005

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *