Robin McKelle "Introducing Robin McKelle"

robin intro   Imaginez un vieux film hollywoodien en noir et blanc. Accoudée au bar, une jolie brune pousse un vieux jazz. Sa voix est féline, décontractée, classe. C’est un contralto chaud, puissant, avec tout ce qu’il faut de soul. La pellicule a quelques années, cela se voit sur l’écran. Puis l’image se fait plus nette, plus actuelle. Elle est même en couleur désormais, haute résolution. L’héroïne, elle, n’a pas changé. Elle continue de chanter, avec une voix qui évoque celle des plus grandes (Sarah Vaughan, Billie Holliday ou Ella Fitzgerald), tandis que derrière elle, les cordes d’un orchestre s’épanouissent de manière insensée. Robin McKelle a la trentaine, mais elle adore les standards des années 40 et 50. C’est elle-même qui a produit les premières sessions d’enregistrement de ce disque-carte de visite, avant d’être repérée par le label californien Cheap Lullaby. La France ne devrait pas tarder à lui faire les yeux doux.

*****

Jean-Marc Grosdemouge

Robin McKelle « Introducing Robin McKelle », 1 CD (Cheap Lullaby/O+
Music), 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *