Stan Getz "Bossas & Ballads : The Lost Sessions"

stanDouze ans après sa mort, voici que sort un album entiers de morceaux inédits enregistrés par le saxophoniste Stan Getz pour le label A&M (label d’Herb Alpert et Jerry Moss). Jusque là, le seul album de Getz publié par la firme était « Apasionado », en 1990. Dans les notes de pochettes, David Ritz revient sur l’enregistrement de ces sessions, où getz est notamment entouré de Kenny Barron au piano, George Mraz étant à la contrebasse et Victor Lewis à la batterie. En mars 1989, quand il enregistre ces morceaux, Getz, qui a subi une crise cardiaque peu de temps avant, et lutte contre un cancer du foie. Il a rompu avec ses addictions passées (« c’était sa première session d’enregistrement sobre » se souvient Barron), et il vient de rejoindre la firme A&M. En 1988, le producteur Herb Alpert sachant le saxophoniste sans contrat discographique s’est dépêché de le signer. « C’était depuis longtemps l’un de mes artistes favoris » confie-t-il à David Ritz, qui dépeint comment la collaboration artistique entre les deux hommes devient une histoire d’amitié. C’est Alpert qui comprit que Getz aurait besoin de tranquilité durant les sessions, et ce qu’il lui apporta. Alpert eut l’idée de faire interpréter à Getz « The wind », un titre de Russ Freeman pour l’album « Chet Baker with Strings » au début des années 50. Un titre de Thad Jones (« Yours and mine »), un de Mal Waldron (« Soul eyes ») et un de Sam Rivers (« Beatrice ») viennent compléter le tracklisting. Cinq compositions sont signées Kenny Barron, dont « Feijoada », du nom du plat national brésilien. Deux avant la fin de sa vie, Getz goûte enfin à la sérennité, et cela s’entend parfaitement dans son jeu. Bien que malade, le saxophoniste joue d’une manière très cool. Cet enregistrement ressemble presque à une parenthèse, comme une courte rémission. En tout cas, ces ballades et bossas ne sont un pas un lugubre chant du cygne.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Stan Getz « Bossas & Ballads : The Lost Sessions », 1 CD (A&M/Verve/Universal), 2003

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *