The Velvet Underground glisse sur une peau de banane

   Bien sûr, le live « Velvet Redux Live MCMXCIII » est de ceux dont tout le monde parle (impossible de ne pas parler du Velvet) mais pour dire la même chose : la reformation est décevante.

velvet dvd   Résumons ; certains titres sonnent pauvrement, si Lou Reed n’avait pas envie de jouer il n’avait qu’à le dire, il manque Nico, John Cale au violon ça en jette, Sterling Morrisson est parfait, Moe Tucker est comme il faut derrière les fûts… Ils ont glissé sur le fameuse banane « peel slowly and see ».

   Alors quoi ? Eh bien oui, on l’a pelée, on a vu. Mieux vaudrait assister à une captation vintage, époque Factory, même en noir et blanc, même avec une image tremblée et un son pas terrible qu’à ce concert de l’Olympia de Paris. Mais pour un DVD « décevant », ce set contient pas mal de moments honorables.

   Ou alors, il faut décider une fois pour toute que les groupes légendaires qui ont arrêté de se produire sur scène ne doivent jamais se reformer. Mais ça, c’est une autre histoire, et tout le monde ne sera pas d’accord. Car des reformations réussies, il y en a. Les Pixies récemment, par exemple. Pour le Velvet, c’est vrai, c’est pas ça. Mais au moins, on les a vus sur scène… même si c’est assis sur notre canapé.

***

Jean-Marc Grosdemouge

The Velvet Underground « Velvet Redux Live MCMXCIII », 1 DVD (Warner Vision), 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *