Vincent Josse :"Traiter la musique avec l’esprit service public c’est être ouvert à tout"

   Journaliste culturel, Vincent Josse anime tous les matins « Esprit critique » sur France Inter. Et il M la Music.

Epiphanies : Jouez-vous d’un instrument ? Lequel ?

Vincent Josse : J’ai commencé par la clarinette, pour combler un creux dans ma cage thoracique. Je détestais ces cours fastidieux avec un vieux professeur qui commençait par lécher la hanche de l’instrument, avant de souffler dedans, et me tendre la clarinette ensuite ! Anecdote qui ferait le bonheur d’un psychanalyste, non ? J’ai ensuite joué du piano avec un plaisir fou. Mais depuis l’âge de 17 ans, je ne joue plus. Evénement : depuis une semaine, je prends des cours de chant, avec une prof de chant lyrique, et je sens que je vais retrouver le plaisir de la pratique artistique amateur !

Vous avez déjà écrite et/ou composé une chanson ?

J’ai essayé. Ca donnait « amour… toujours »… J’ai eu assez de lucidité ce jour là pour me conseiller d’arrêter très vite.

Quelle est la place de la musique dans votre vie ?

Essentielle.

Dans votre travail de journaliste ?

Essentielle.

Quel est le premier disque que vous ayez acheté ?

Un 33 tours d’Yves Montand, à 14 ans ! Je suis devenu fan très jeune de Montand, en écoutant un vieux 45 tour (« Dès je t’aime »), et je lui ai même consacré un mémoire de maîtrise d’histoire, en 1988, ce qui m’a permis de l’interviewer chez lui, quatre fois !

Si vous partiez sur une île déserte quel disque emporteriez vous ?

Toute l’oeuvre de The Divine Comedy, ça c’est sûr. (Et Montand, par fidélité).

Vous téléchargez de la musique ? des singles ? des albums entiers ?

Jamais

Quelle est la ou les plus grandes claques prises en live ?

Dominique A tu es mon dieu. Tiens, toi aussi je t’emmène, mais l’île ne sera plus déserte

Pour vous qu’est-ce que la musique ?

Un bout de nous, non ?

Quel est votre plus beau souvenir d’interview avec un chanteur ou une chanteuse ?

Ce ne sont pas les artistes les plus intéressants à interviewer, désolé ! D’abord les écrivains, puis les metteurs en scène, ensuite les acteurs, et les chanteurs. Opinion très subjective et donc personnelle.

Et votre pire souvenir ?

Aucun pour l’instant, ça ne va pas jusque là !

Traiter la musique avec l’esprit « service public », ça signifie quoi ?

Rien du tout. Ou alors, être ouvert à tout. Mais les privées font ça aussi bien que nous. Je suis heureux d’être un p’tit soldat du service public, mais je ne prétendrai jamasi que nous sommes meilleurs ou plus pros. Nous sommes juste incroyablement libres, vous n’imaginez pas à quel point. Et ça, je ne suis pas persuadé que chez Lagardère, on tienne le même discours !

Jean-Marc Grosdemouge

Vincent Josse anime « Esprit critique » sur France Inter, du lundi au vendredi de 9h10 à 9h35

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *