YuLeS "The Release"

yulss     Je vais vous parler d’une sous-préfecture que je connais bien pour y avoir passé mon adolescence : Lure. Aucun groupe n’en est jamais sorti, sauf YuLèS. Depuis des années, les frères Charret, Guillaume et Bertrand, s’accrochent et voici enfin, après quelques maquettes qui ont prouvé leurs hésitations tout en alignant à chaque de superbes compositions, l’heure du vrai « premier album », avec sortie nationale ad hoc.

Dans un registre pop calme, les deux Lurons se sont trouvés : pas vraiment joyeux (ça, c’est un aspect de leur personnalité qu’ils réservent à leur projet Nains Porte Quoi), mais franchement classes. « The release », c’est donc la sortie (du disque) et la libération, celle qui rend forcément traqueur quand on a élevé ses chansons à la maison, sous la couette et en famille, pour les lâcher dans le monde un beau jour. Et ce jour est arrivé.

Sonnez trompettes, résonnez hautbois, et prévenons tout de suite les kings of Convenience, Ed Harcourt, Rufus Wainwright et Tom McRae (pour qui le duo a déjà ouvert sur scène) : si vous voulez rencontrer ces songwriters encore méconnus mais talentueux, qui font revivre les arrangements subtils « Pablo Honey », des Pale Fountains ou des Longpigs, il faut d’abord rallier Paris, puis prendre un train Corail de la ligne Paris-Bâle, et vous vous arrêtez juste après Vesoul. Là, dans une ville toute grise, vous croiserez deux êtres aux musiques lumineuses. A la gare, vous entendrez : « Lure, ici Lure, une minute d’arrêt ». Mais on prefère : « Yules, quarante-neuf minutes de bonheur ».

****

Jean-Marc Grosdemouge

YuLeS « The Release », 1 CD (Productions Spéciales), 2007

yules bio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *