Sylvain Chauveau, un talent palpable

Sylvain Chauveau, un talent palpable

   Sylvain Chauveau est un musicien prolifique : ce Toulousain participe aux projets Micro:mega et Arca et a sorti deux albums solo. Cela fait quelque temps maintenant qu’on a découvert Sylvain Chauveau : ses compositions précieuses, ses ambiances cinématographiques, son lyrisme ; tout nous l’a rendu d’emblée sympathique. Les fantastiques “Livre noir du capitalisme” et “Nocturne impalpable”, étant les disques de chevet de Epiphanies, une rencontre devenait de plus en plus urgente.

   Pour des raisons d’agenda chargé, la rencontre n’aura pas lieu physiquement, mais prendra la forme d’un échange d’e-mails. C’est à propos de son activité de compositeur sous son nom que nous l’avons interrogé. Un entretien dans lequel cet homme cultivé cite ses références, s’explique sur son premier label, explique sa recherche absolue d’épure. Chauveau en profite aussi pour casser une idée reçue : il n’est pas nécessaire d’avoir fait le conservatoire pour composer des morceaux renversants. Après avoir été saisis par sa musique, il n’est pas dur d’être séduits par ses mots, tant le propos est éloquent.Propos recueillis par Jean-Marc Grosdemouge.

Sylvain Chauveau : Je n’ai pas du tout fait le conservatoire. Je n’ai reçu aucun enseignement technique ou théorique. Je ne sais ni lire ni écrire la musique, je ne sais même pas les notes que je joue. Je suis un pur autodidacte. La seule chose qui me guide est la passion, l’envie irrépressible de faire des morceaux qui seraient les plus beaux possible. Toute ma vie tourne autour de cette obsession. Et je crois que quand l’envie est vraiment très forte, elle peut défoncer les portes. C’est sans doute pour ça qu’un gars comme moi, sans facilité a priori, sans talent particulier, peut arriver à composer à l’oreille, à enregistrer et à convaincre certains labels de sortir sa musique sur disque. A chaque fois, cela s’est fait par un envoi de démo par la poste, tout simplement. Mais un envoi très ciblé.

Epiphanies : Hallucinant ! En t’écoutant, on t’imagine noircir des partitions, travailler l’harmonie d’un point de vue très technique …

En fait je suis issu de la pure tradition rock : acheter une guitare bon marché, apprendre quelques accords de base et jouer à l’oreille, des choses simples mais qui te font plaisir. Je dirais même que je viens de la philosophie punk : “do it yourself”, si tu as envie, fais-le, même si on te dis que tu n’as pas le bagage suffisant. Donc je ne noircis pas de partitions. mes morceaux sont même souvent d’une simplicité enfantine – ce qui, mine de rien, demande un certain effort. Techniquement, on me dit que ce sont des accords dits parfaits (c’est à dire sans dissonances), presque toujours dans les mineurs. maintenant, j’ai un piano chez moi, je compose dessus et j’apprend un peu les rudiments de l’instrument. mais je ne suis sûrement pas l’ascète stakhanoviste que certains pourraient imaginer. Je ne me force jamais à me mettre sur un morceau. Je ne le fais que quand ça m’est mentalement indispensable, sinon je fais autre chose. Mais comme la musique m’obsède tous les jours, alors je produis pas mal. C’est assez drôle car je suis vraiment un fainéant. mais un fainéant passionné, donc actif.

Tu parlais de convaincre des labels … Les Disques du Soleil et de l’Acier (DSA) n’est pas le seul label qui a publié tes disques. Au départ, “Le livre noir du capitalisme” a été publié par un autre label …

Ce disque est d’abord sorti au printemps 2000 chez Noise Museum. J’avais fait un envoi de démo après que ce label ait sorti le premier disque de Micro:mega, un autre groupe dans lequel je joue. l’album a été très très peu chroniqué, tardivement, en plein été, et la promo n’avait pas été bien faite à mon avis. Donc ce disque a connu une indifférence quasi totale quand il est sorti. Un an après, il me restait quelques copies que j’ai envoyées à tout hasard à quelques journalistes dont l’avis m’importait, et qui peut-être n’avaient jamais reçu l’album. Résultat : chroniques élogieuses dans “Libé”, “Télérama” et “Epok” (le magazine de la Fnac). Mais le disque avait disparu depuis bien longtemps des rares bacs où il avait été brièvement déposé. Heureusement, “le livre noir du capitalisme” est ressorti en septembre chez DSA. Donc, deuxième chance.

Pourquoi as-tu quitté Noise Museum ?

En vérité, c’est plutôt le label qui m’a quitté. Je m’étais manifesté par téléphone au sujet de droits de reproduction mécanique impayés, et le boss du label l’a mal pris. Il s’est énervé et m’a raccroché au nez en disant que ça s’arrêtait là. J’ai trouvé ça idiot mais je n’y pouvais rien. Alors après, j’ai fait des envois à d’autres labels et j’ai atterri chez DSA. Et dans la foulée, le label anglais Fatcat (qui publie les albums de Sigur Ros, NDLR) s’est aussi montré intéressé, ce qui donnera lieu à la sortie d’un EP, “Un autre décembre”, des pièces pour piano à paraître début 2003.

Quand j’ai écouté “Nocturne impalpable”, ça m’a fait penser à de la musique contemporaine. J’ai même écrit que cela m’évoquait Gorecki. Tu écoutes de la musique contemporaine ? Ou écoutes-tu du rock ? de l’électronique ?

Ma culture musicale est rock, ou pop au sens large, mais depuis trois ans je n’écoute quasiment plus que de la musique dite contemporaine. Les derniers trucs de rock que j’ai aimé, c’est Godspeed You Black Emperor et Sigur Ros. En électronique, je m’intéresse surtout à la frange expérimentale : Ryoji Ikeda, Fennesz, Pan Sonic, Oval … Pour moi, le tournant a été le post-rock, la découverte de la beauté de la musique instrumentale. Cela m’a ouvert sur plein de choses : Arvo Pärt d’abord, puis Morton Feldman (dont je suis devenu un grand fan), Steve Reich, Pierre Henry, Giya Kancheli, Henryk Gorecki, Luc Ferrari, Bernard Parmegiani, Philip Glass … Et je continue de découvrir des compositeurs parfois passionnants. Celui qui m’impressionne le plus, c’est un allemand d’environ 45 ans qui s’appelle Bernhard Günter. Sa musique pourrait être considérée comme électroacoustique, mais selon moi c’est une oeuvre très silencieuse où l’on peut déceler un sens du micro-détail d’une beauté incroyable. Cela colle parfaitement à l’un des adages du cinéaste Robert Bresson qui est très important pour moi : “Sois sûr d’avoir épuisé tout ce qui se communique par l’immobilité et le silence”.

Ce qui signifie ?

C’est assez simple, en fait. Il s’agit de considérer qu’on doit partir du silence et que ce qu’on y ajoutera ne sera là que parce que c’est absolument nécessaire. Chaque son concédé doit être beau et indispensable, sinon autant s’abstenir. Dans un autre de ses axiomes, bresson dit aussi “quand un violon suffit, ne pas employer deux”. C’est valable pour le cinéma, la musique, la littérature, la photo, les rapports humains… C’est une phrase qu’aurait pu dire Arvo Pärt.

Tu sembles très cultivé, aussi bien musicalement que cinématographiquement… Quel rapport as-tu à la culture ? Est-ce un besoin vital, un peu comme les étudiants qui, une fois une au service militaire, avaient toujours un livre sur eux, pour se raccrocher à quelque chose de civilisé, ne pas tomber dans le triptyque bière-babyfoot-blagues… La culture comme guide de survie en milieu hostile ?

Je ne crois pas être “très cultivé”. Je suppose que j’ai acquis petit à petit une certaine culture dans des domaines artistiques, probablement plus que la moyenne des gens que je croise dans la rue. Mais ce n’est vraiment pas un but en soi, ça ne rend pas forcément plus intelligent ni plus apte à la vie sociale (au contraire). Et puis par rapport à des gens qui baignent là-dedans, j’apparaîtrais complètement inculte sur la plupart des sujets. Au fond, peu importe. Je crois que ce qui fait la qualité de la vie d’un homme est bien ailleurs : dans sa capacité à surmonter la complexité des rapports à autrui, par exemple.

Je trouve aussi ta musique très “cinématographique” … As-tu été approché par des cinéastes ? As-tu proposé des musiques à des cinéastes ?

Justement, je termine ces jours-ci la musique du premier long métrage de Thomas De Thier, “Des plumes dans la tête”, un film qui sortira en salles courant 2003. c’est lui qui m’a contacté, suite à l’écoute de mon album “Nocturne Impalpable”. Et puis cet été, j’ai co-réalisé avec le groupe Man la musique d’un court métrage de Sébastien Betbeder intitulé “Des voix alentour”. dans les deux cas j’ai été appelé, et dans les deux cas le scénario et les images m’ont plu. Sinon, il y a quelques rares cinéastes pour qui je rèverais de bosser : les frères Quay, Philippe Grandrieux, et Godard. Et avec Mathieu Amalric, ça me plairait bien aussi.

Reste le pouvoir d’évocation de tes titres… En les écoutant, on pense à des musiques de films… Tu ne “t’amuses” jamais à coller des notes sur les images d’un film, comme le ferait un compositeur de BO, à qui un réalisateur commanderait une musique ?

On me parle souvent de ce “pouvoir d’évocation” qui appellerait des images. Cela vient sans doute du côté instrumental de la musique que je fais en solo ou en groupe. A ce sujet, je tiens à rappeler le travail essentiel que fournissent les amis avec qui je collabore : Fred Luneau, l’autre moitié de Micro:mega, et Joan Cambon, véritable cerveau d’Arca et responsable de la plupart de mes enregistrements solos. La musique instrumentale t’oblige à trouver un système narratif autre que la voix ou les paroles d’une chanson. Cela sera alors la ligne mélodique d’un ou plusieurs instruments, ou bien une ambiance générale qui guide l’oreille de l’auditeur entre le début et la fin. Quant à mettre des notes sur des images, je l’ai fait sur les deux films pour lesquels j’ai été contacté cette année et j’espère bien continuer, du moment que le projet du film m’attire.

Mais je veux dire : tu ne l’avais jamais fait avant, juste pour ton plaisir, ou pour te créer une contrainte ? Sachant que, comme le dit Levi Strauss, l’art se nourrit de contraintes…

Non, je ne l’avais fait qu’une fois avant, sur le film “Few of us”, avec le violoncelliste Olivier Cavaillé, mais c’était en vue d’une prestation à la cinémathèque de Toulouse. Mais pourtant, je pense en effet qu’il peut être très utile de se créer des contraintes. D’ailleurs, dans mes compositions en solo, je me suis fixé des principes dès le départ : s’éloigner le moins possible de l’évidence du silence, ne concéder un son que quand il est indispensable, et me recentrer sur mon identité (personnelle et culturelle). L’idée était aussi concrètement d’inventer une “musique française” d’aujourd’hui. Puiser dans mes racines culturelles, se servir des leçons de Satie, Debussy, Ravel et Fauré, des pionniers de la musique concrète, et simplifier tout ça dans des instrumentaux de format court. Et c’est ce que j’ai tenté de faire depuis.

Tu viens de parler de Micro:mega et Arca. Le fait de collaborer à d’autres projets fait que tu composes différement suivant si c’est pour toi en solo ou pour un projet ? Je veux dire : quand tu composes, c’est ensuite que tu dis “je le garde pour moi” ou “je le propose à Arca/Micromega” ou alors tu sais dès le départ pour qui/pour quoi tu te mets à travailler ?

98 % du temps, quand je compose, c’est pour moi. Le travail dans Arca et Micro:mega se fait directement en home studio, quand je suis avec Fred ou Joan. Sinon, c’est pour moi.

Au fait, c’est quoi ce discours qu’on entend dans “Hurlements en faveur de Serge T.” sur “Le livre noir du capitalisme” ?

C’est tiré d’une émission sur une radio locale toulousaine. L’invité s’appelle Serge Turc. Il lit des textes à lui, entrecoupés de commentaires. Au début, ça paraît ridicule et comique, mais au bout d’un moment, j’ai trouvé là-dedans une sincérité et un désespoir qui m’ont touché. J’ai voulu absolument utiliser ça dans un de mes morceaux, car cela contient une force et une intensité que j’ai du mal à trouver. Mais ça ne plait pas à tout le monde.

 

Jean-Marc Grosdemouge

21 commentaires sur “Sylvain Chauveau, un talent palpable

  1. The primary objective of this trial regarding long-term safety was met and the safety profile was consistent with the tolerability reported previously cialis without a prescription Por favor, le informamos que si usted es residente de Puerto Rico, usted necesitara marcar nuestro numero local para poder contactarnos

  2. Producenci automatów do gier doskonale wiedzą, co robią – z dostępnymi dla nich statystykami wiedzą, że powinni skupić się przede wszystkim na ulepszaniu i tworzeniu coraz to lepszych wersji gier mobilnych dla kasyn online. Użytkownicy cenią sobie bowiem dobry design, połączony z ciekawym i intuicyjnym panelem. Tak naprawdę, w niemal we wszystkie gry hazardowe online możesz grać zarówno na komputerze jak i na telefonie. Jest to duża wygoda dla graczy. Rozmiar czcionki Na naszej stronie PolskieKasyno znajdziesz recenzje topowych kasynowych automatów online oraz najlepsze kasyna, w których możesz je wypróbować!  Warto też pamiętać, że zarówno darmowe spiny, jak i bonusowa gotówka na konto jest związana z koniecznością wymogu obrotu. Na ogół można go realizować tylko na automatach – gry z krupierem na żywo są wyłączone. Podaje się go w formie mnożnika, na przykład x30. Oznacza on, ile razy musisz obrócić tą kwotą bonusową, abyś mógł automaty online bonus szybko wypłacić na konto. Dla przykładu, jeśli dostałeś bonus na 500 złotych z warunkiem obrotu x30, musisz rozegrać spiny na automatach za łączną kwotę 15 000 złotych, w czasie określonym w regulaminie. Dopiero wtedy będziesz mógł odebrać kasę na konto. https://thedivorceddudesnetwork.com/forum/profile/mariemanor81947/ Według Vecernje Novosti , 6 czerwca 2022 r. Siergiej Ławrow miał odwiedzić Belgrad, stolicę Serbii. Jednak otaczające Serbię państwa Bułgarii , Macedonii Północnej i Czarnogóry odmówiły Ławrowowi zgody na wykorzystanie swojej przestrzeni powietrznej, co doprowadziło do odwołania wizyty. 43. en.wikipedia.org wiki Oleg_Deripaska#Nathaniel_Rothschild_and_Peter_Mandelson 43. en.wikipedia.org wiki Oleg_Deripaska#Nathaniel_Rothschild_and_Peter_Mandelson 45. en.wikipedia.org wiki Robert_Mercer Ich dzieło to, niczym współczesny „House of cards”, opowiedziana jak najlepszy kryminał wielowątkowa historia polityczna, szpiegowska, finansowa, dyplomatyczna i obyczajowa ukazująca jak amerykańska demokracja została zhakowana przez Moskwę w tajnej operacji, której celem było wsparcie Donalda Trumpa w uzyskaniu prezydentury. Autorzy prześledzili rosyjskie interesy Trumpa i prześwietlili zaskakujące powiązania jego bliskich współpracowników. Zrekonstruowali śledztwa w sprawie rosyjskiego hakowania, w tym głośnego włamania do komputerów Krajowego Komitetu Partii Demokratycznej z 2015 roku, określanego jako nowa wersja Watergate, a także opisali aferę z mailami Hillary Clinton i szefa jej sztabu Johna Podesty.

  3. When purchasing and using marijuana for the first time, the first step is to find a strain with low THC and high cannabis content. CBD is non-intoxicating and has relaxing properties that often counteract THC-related anxiety, making it an excellent place to start for newcomers.Indeed, some strains have no THC at all. MIKRO – MIKRO – 1:1 Gummies, with only trace levels of THC to wash away stress and tension; MIKRO – CBD Gummies, with an approachable dose to allow you to ease into euphoria gradually; and Boost Gummies – Variety, for a gentle mood lift and warm euphoria without overstimulation. Register today to receive $20 in store credit Home Blog Where to Buy Legal Cannabis Online in Canada Marijuana is now legal to buy all over Canada, providing that you’re of legal age What’s new? Check our latest items available online at Ganjagrams. Buying weed online can be easy with us – we will deliver your order right to your door! With Ganjagrams, you can buy edibles, flowers, and concentrates online with a big selection of premium quality products. Enjoy our attentive customer service and ask us anything. Our main goal is to provide you with the best quality weed possible. Stay tuned for other new arrivals! https://ipadewa.com/reviews/profile/shanonmalin016/ ISBN: 0-915904-13-6 First Printing Use of this site constitutes acceptance of our user agreement (effective 3 21 12) and privacy policy (effective 3 21 12). Affiliate link policy. Your California privacy rights. The material on this site may not be reproduced, distributed, transmitted, cached or otherwise used, except with the prior written permission of Condé Nast. There are a number of different options for procuring mushroom grain spawn. If you are growing any common edible species of mushroom you can buy fully-colonized grain spawn. Just keep in mind that the substrate you’ll put into your monotub will change depending on the species you choose. Psilocybin Magic Mushroom Growers Guide – Gain insights about the pharmacology and effects of the psilocybin mushroom Mushroom grow kits cut out the hardest, riskiest elements of mushroom cultivation. They arrive with a fully colonised substrate, meaning it’s ready to begin fruiting mushrooms immediately, and the main window for contamination has passed.

  4. SlotoCash casino gives a exclusive welcome bonus, sign up and redeem the bonus code 31FREE and you get $31 free money, no deposit are required. Then take part of 100 free spins + 200% deposit casino bonus with your first deposit, redeem the bonus code SLOTO1MATCH to get a 200% casino bonus 100 free spins. Sloto Cash gives a welcome bonus package with totaly 300 free spins and deposit bonuses with your five first deposits Reload Deposit Bonus: 50% up to $€100 on 2nd deposit. 50% up to $€200 on 3rd deposit. 100% up to $€100 on 4th deposit. Minimum deposit is $€20 AUD EUR USD CAD NZD USDT, 30 BRL, 200 NOK, 300 RUB, 0.01 BCH, 0.025 LTC, 1,000 Dogecoin, 0.01 ETH, 80 PLN, or 0.5 mBTC. Wagering requirements are 40x. T&C apply. Lastly, players can claim exclusive free spins with no deposit via affiliate partners. Here at nodepositbonuscasino.com, we work with LVBet Casino to bring new and existing players monthly free spins with no deposit. Our partnership enables us to offer our users no deposit spins not found anywhere else. http://casinodicesitecanada40.lowescouponn.com/poker-with-bitcoin When we say that these are the best gambling sites, we mean it. This is not some hastily assembled list of online casinos, sports betting sites, and other real money gambling websites. These rankings are based on extensive research and thorough testing that is carried out by our resident experts in online gambling. Business partners share their thoughts about working with us. Online casinos are one of the most popular forms of gambling nowadays. Glaringly, the undying pleasure of games and the availability of internet access have increased the popularity of the activity among people globally. Many amateur gamers often jump straight into playing for real money, which results in irreversible mistakes, while some find it intimidating. “Blockchain-based prediction markets may be the one force strong enough to counterbalance the spread of incorrect information on social media. They give people a financial incentive to seek the truth and then protect them with the twin shields of pseudonymity and decentralization.”

  5. In 2011, when a team of scientists at Purdue University and Louisiana State gave rats repeated low doses (but not microdoses) of LSD, every other day, they noted that the rats showed negative behavior changes like “increased aggression or scruffy appearance.” A former poker player and recent graduate in interdisciplinary science in Amsterdam, Schirp has been experimenting with a new way to take psychedelic drugs: Called microdosing, it involves routinely taking a small fraction of a normal dose of lysergic acid diethylamide (LSD) or magic mushrooms (the latter is legal to purchase in coffeeshops in Amsterdam but not the former). Microdosing is getting a lot of attention in the media. But here’s the reality: There just isn’t enough evidence yet to say microdosing is helpful — or even safe. And psychedelics are still illegal in the U.S. Read on for more information about microdosing and what the science says about it so far. https://erickzods754219.smblogsites.com/13269429/where-to-buy-marijuana-brownies 3) Spores101 is the ONLY green bar verified spore vendor on the internet. While the legal status of mushrooms in Canada hasn’t yet changed, the government has handed out dozens of exemptions in the past year, allowing people near end-of-life to use the drug and health practitioners (e.g. psychotherapists) to receive training on how to guide patients through a therapeutic trip.  For now, everything still hangs in the air as to whether Canada will formally legalize psilocybin and magic mushrooms. One thing is for certain though, and that is you can still get your magic mushrooms online in Canada. And no place offers higher quality mushrooms than nupepshrooms.com. Their shrooms are cultivated in pristine conditions to ensure that you get the very best out of your psychedelic experience. And you don’t even need to worry too much about the cost because they have slapped a fat 20% discount off purchases from their website. There’s no time to waste waiting for when Canada creates specific laws on the legalization of magic mushrooms when you can get high-quality mushrooms today from nupepshrooms.com!

Les commentaires sont fermés.