Désérable sur les pas d’un génie des maths

Désérable sur les pas d’un génie des maths

Après « Tu montreras ma tête au peuple », et avant « Mon Maître et mon vainqueur » qui fait l’actualité de la dernière rentrée littéraire, il existe ce roman de François-Henri Désérable, consacré à Evariste Galois. Ce mathématicien est mort en duel à juste vingt ans, après avoir passé la nuit à coucher sur le papier toutes ses intuitions, tous ses calculs et raisonnements concernant les équations du cinquième degré, un sujet auquel, comme beaucoup de gens j’imagine, je ne comprends rien. 

En juillet 1830, Galois est retenu au collège Louis le Grand et ne peut assister aux Trois Glorieuses, les journées qui voient la chute du roi Charles X. Si le sujet, que Désérable brosse à grands traits, vous intéresse je vous renvoie à l’excellent roman de Camille Pascal « L’été des quatre rois » qui en parle en détail et qui est excellemment écrit. Ce roman court et enlevé se lit très bien.

Je n’ai qu’un petit reproche à formuler : l’auteur a du vocabulaire, il maîtrise les dates et les personnages historiques, sait qu’il a du style, du coup il a tendance a se regarder bien écrire. Si vous appréciez, enchaînez avec le livre d’Étienne Klein sur le physicien Ettore Majorana (également dispo en folio), car ces deux livres et leurs héros se ressemblent.

***

Jean-Marc Grosdemouge

François-Henri Désérable « Evartiste », Folio, Paris, 2015, 181 pages.

Jean-Marc Grosdemouge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.