Renaud Papillon Paravel : chrysalide et crustacés

Renaud Papillon Paravel : chrysalide et crustacés

paravelAncien graphiste, musicien issu de l’autoproduction, le Toulousain Renaud Papillon Paravel signe avec “La surface de réparation” un premier album intriguant. Celui qui n’est pas musicien, mais écrit des chansons est à la fois blagueur et pince-sans-rire. C’est un fou de mots, de mer, et un homme proche de la nature.

Par cette matinée froide de Paris en plein février 2003, assis dans un café de la Bastille, Renaud Papillon Paravel n’est pas dans son élément. Son univers, c’est le sud et le bord de mer. “Certains vendraient leur mère pour être reconnus au restaurant“, explique Paravel. Lui sait qu’il ne quittera pas sa mer pour rentrer dans le show-biz parisien. Alors à Paris, il commande de la menthe… à l’eau, et ne quitte pas son bonnet et son anorak. Nous sommes à la veille de son deuxième concert. Un moment qu’il appréhende au plus haut point. Emmitouflé, Renaud Papillon Paravel se dévoile par les mots. Normal, c’est certainement la chose qu’il maîtrise le mieux. Avec l’humour pince-sans-rire.

Propos recueillis par Jean-Marc Grosdemouge.

Renaud Papillon Paravel : J’ai sorti mon premier album autoproduit, “La surface de réparation”, en juin 2001. Je l’ai envoyé partout, et c’est arrivé aux oreilles d’une major, qui l’a signé. Il est donc sorti en mars 2002 chez BMG. Au départ, je suis graphiste et photographe. C’est ce que j’ai fait pendant une dizaine d’années : au début dans les fringues, puis dans la musique. Je faisais des affiches de concerts et des pochettes de disques pour des Toulousains (comme Moos, NDR). Petit à petit, je me suis approché des gens qui me plaisaient le plus, car la musique me tentait depuis longtemps. Certains sont devenus des potes, et j’ai commencé à élaborer mon projet. Quand tu connais les bonnes personnes qui vont pouvoir t’aider, avec les doigts qui bougent au bon moment sur la bonne note, ça facilite les choses (sourire) ! J’ai construit mes textes avec les idées que j’avais, mes ambiances aussi, des squelettes de morceaux. Les musiciens ont joué les parties que je leur ai décrites, pour que ça ressemble à un disque. Je voulais que ce soit homogène.

M La Music : Ton envie de faire de la musique est née quand ?

Il y a longtemps, quand j’étais tout gamin, à dix sept ans. Avec un copain, dans notre chambre, on avait répété trois ou quatre fois. Notre groupe s’appelait Les Cérumens. Ça te donne une idée de la catastrophe, c’était terrible !

C’était hard ?

C’était immonde, on tâtait, on hurlait. Le premier titre s’appelait “Bouffe ta pizza et ferme-la”, c’était horrible (rire)  !

MLM : Tu avais déjà beaucoup d’humour ? On retrouve pas mal de jeux de mots sur “La surface de réparation”.

J’adore ça, mais de manière froide… Mon truc, c’est pas l’humour des clowns. J’aime les bonnes blagues avec un sérieux terrible : ça m’a toujours plu.

Il y a beaucoup d’allusions humoristiques, et aussi des mots crus sur ton album. Et des jeux de mots …

J’ai compensé mon manque de culture littéraire par une floraison de mots. La sonorité des mots me fait quelque chose. Ma démarche, ce serait d’y ajouter du sens. J’aime bien les jeux de mots qui vont plus loin que l’humour. Comme quand tu dis : “est-ce que j’ai le bocal ou est-ce qu’il faut tuer le poisson caché derrière mon front ?” Ça a deux sens, mais en même temps, il faut y prêter de l’attention pour comprendre.

Chez toi, le jeu de mot n’est pas forcément synonyme de rire. Il faut comprendre que le plongeur de la chanson qui ouvre l’album est plongeur dans un restaurant de crustacés.

C’est caché. Il faut écouter, réécouter. Certains, à la troisième écoute, n’ont toujours pas compris. Après, c’est comme les mots croisés. Quand tu fais toujours les mots croisés d’un type, tu es habitué à sa façon de rédiger les définitions. C’est pareil pour mon disque : les gens s’habituent à ma manière d’écrire, le tissage de mots et de phrases.

Avant même d’écouter ce disque, sa pochette frappe. C’est toi, l’indien sur la pochette ?

C’est moi, vieilli. C’est un montage que j’ai réalisé : je me suis vieilli avec le visage de l’indien qu’il y a derrière. Il doit avoir soixante balais et j’ai mélangé mon visage et le sien.

Ton vrai nom est Renaud Paravel. Pourquoi avoir ajouté Papillon ?

Pour diverses raisons, qui ont trouvé leur sens. Depuis longtemps, je fais très gaffe aux ours des Pyrénnées. Des vrais ours de souches pyrénéenne, il y en avait 250 en 1900, et il en reste cinq ou six actuellement. Chacun a son nom, et le dernier mâle s’appelle Papillon. Il a mon âge.

Tu es à la fois le dernier des Mohicans et le dernier ours ?

J’adore les Indiens, ce sont des images qui me plaisent. D’où la pochette, même si n’a rien à voir avec ça dans le contenu. Et puis le film “Papillon” avec Mc Queen, j’adore ! Le type qui s’évade de son bagne, Charrière. Il avait été embarqué par les flics à 17 ans. Il n’avait rien fait, si ce n’est être trois jours en retard au service militaire. Il avait un papillon tatoué sur le torse. Tout ça a fait que je me suis dit : “mais, c’est pour moi, ce nom !” (sourire). Puis j’aime le Roquefort ! (rire)

Comme on évoque tes références, quelles sont-elles en matière de musique et de livres ?

Je suis très nul. J’ai une culture hyper réduite … C’est dramatiquement vrai !

Pourtant, à écouter ton album, on a l’impression que tu as pioché dans plein de trucs …

Ma culture est essentiellement fondée sur ce que j’écoute attentivement depuis toujours. J’écoute les gens parler dans les émissions de télé ou de radio. Je suis capable de retenir une anecdote que j’ai entendue à huit ans, parce qu’elle m’a impressionné. Tout comme des gens lisent quatre livres par jour, je peux discuter sept heures quelqu’un. J’ai discuté avec un pêcheur de quatre vingt ans près de Collioure : il a passé dees heures à me raconter sa vie en mer, à pecher. Il était rempli d’informations, de choses incroyables qui faisaient un bien fou à écouter. Ce type était plein de vérités, aucun faux-semblant. Des gens commes ça me touchent beaucoup. Parler avc les vieux, j’adore. J’aime les histoires, même si c’est les histoires de la guerre. J’aime écouter les vieux. Je suis comme les africains pour ça : les vieux font partie de mon paysage. Tous les vieux ont quelque chose à nous apprendre. Je te parle pas de vieux cons (sourire), mais des vrais vieux, qui étaient comme nous il y a quelques années. Mais on l’oublie. Sous la carapace de la peau qui se frippe, c’étaient les mêmes que nous. On finira comme ça si on a la chance d’y arriver.

Que réponds-tu si on te dit que ton album fait penser à du Gainsbourg ?

Pour moi, c’est une idole, je ne peux pas me permettre d’y croire une seconde. Même si en écoutant Gainsbourg, je me dit parfois qu’il a aussi fait quelques merdes. Peut être que ma meilleure chanson est mieux que la pire des siennes…

Ta musique est aussi un peu celle que pourrait réussir Yves Simon ?

J’aime bien Yves Simon. Je me rappelle “J’ai rêvé New York.”

Lui a l’air dépassé par le technique en ce moment…

Je ne connais pas ce qu’il fait depuis quelques années. Ce qu’il faisait dans les années 70, c’était bien. Moi, l’ordinateur, j’en ai l’expérience en tant que graphiste. Ce n’est pas une bestiole que je découvre. Je travaille de la même anière comme graphiste et comme musicien. Je prends des choses à droite à gauche, je découpe, je colle, j’aime bien la phrase de Picasso : “Quand je n’ai plus de rouge, je mets du bleu”. (rire) Le tout c’est d’arriver à faire ce qu’on voulait … Si c’est réussi, c’est mieux.

Tes samples, c’est de la musique classique ? “L’homme à la peau de serpent” par exemple ?

On a rejoué ce morceau, mais ça, c’est un vrai sample, le seul de l’album, pas déclaré, d’ailleurs. C’est la B.O. du premier “King Kong” en 1925. Quand King Kong arrive sur l’île…

Comment tu connais ça ?

J’achète des vieux disques dans les vide-greniers. Des fois, t’achète vingt disques nazes pour dix francs, et si tu as deux secondes qui t’intéressent, c’est bon, ça vaut dix francs. Tu prends ce qui t’intéresse -moi je ne prends jamais les mélodies, et après, si tu veux, tu les revends. J’achète des disques qui m’intriguent : des disques de valses, d’orchestres années 30. Là, je viens de trouver un petit son sur une intro de Joséphine Baker, pourquoi pas faire un truc avec ça ? Des fois, ça fait des matières : le son a une âme en lui, et il peut t’emmener dans un axe de mélodie, te guide vers quelque chose vers lequel tu ne serais peut-être pas allé naturellement, tu te laisses dériver vers des choses qui ne sont pas naturelles pour toi et vers lesquelles tu as pourtant envie d’aller.

C’est un déclencheur ?

Oui. Sur l’album, j’avais commencé à travailler sur des samples. Après on a tout cassé et refait pour retrouver des sensations semblables à celles du sample. Je m’appuie sur le rythme du sample, je construis, et ensuite, on peut m’enlever le tapis sous le pied et refaire de façon proche. Je travaille pour me créer des matières de base, comme ça parce qu’à la base, je ne suis pas musicien. Parfois, en écoutant un morceau à la radio, je me dis : “si j’avais eu cette musique là, j’aurais fait ça” et je chante par dessus le mec. Je le note, je note aussi le tempo. Pour le reste, je fais écouter aux musiciens cette rythmique et ces paroles et on construit tout autour une chanson dans cet esprit. Souvent voilà comment ça commence : je m’assieds sur mon lit avec un casque, dans lequel j’écoute un sample tourner indéfiniment. J’ai mes papiers avec des mots, des phrases, et j’essaie de construire.

Sur le premier album, tu as enregistré avec combien de personnes ?

J’ai enregistré avec des gens que j’aimais bien, mais pas toujours les mêmes. En tout, il y a eu une dizaine de personnes différentes. Sur le deuxième, auquel je travaille actuellement, l’essentiel se fait avec deux musiciens qui m’accompagnent sur scène. Ensuite, je le ferai remanier par des gens qui font de la musique électronique, et que je connais.

     Avant de revenir avec son deuxième album, Renaud Paravel va défendre “La surface de réparation” sur scène, en compagnie de deux claviers et d’un guitariste. Paravel ne joue de rien. Il se “contente” de tenir le micro. Pourtant, monter sur scène est une expérience un peu effrayante pour lui. A la veille de son concert à l’Européen, il nous confiait avoir le trouillomètre à zéro et se demander, avec humour, pourquoi il n’était pas resté un graphiste pépère. “Je vais demander à ma femme de se mettre au premier rang, comme ça je pourrai la voir, comme à la maison. Ça me rassurera.

Ce concert, donné le 5 février dans le cadre du festival Tout Azimuth, est le deuxième de la carrière de Paravel, qui s’en tire comme il faut. Paralysé par la peur au début de son set, il reste assis sur un tabouret, crispé et fixe parfois le sol. Sur un pupitre, ses longs textes, qu’il récite d’une voix blanche et grave. Le concert avançant, Paravel arrive à se détendre, à parler un peu. Et même à blaguer lorsqu’un sampler a un problème : “d’habitude, le problème, c’est moi“, glisse-t-il. Pince-sans-rire encore une fois. Et le public, qui le rappelle, l’applaudit chaleureusement. Derrière lui, sur la scène, une sculpture en bois : un arbre, ou une main grande ouverte. Besoin de nature, encore. Et des vidéos qui défilent, avec des végétaux, ou des poissons.

La mer me fascine, explique Paravel. Je ne vis plus à Toulouse : je me suis rapproché de mon élément. Depuis un an, je vis près de Perpignan. Je rêvais depuis longtemps d’avoir un bateau et d’habiter près de la mer donc j’ai franchi le pas et je suis parti m’installer dans un petit village des Corbières, à quelques kilomètres de la mer, pas très loin de la frontière expagnole. Je vais à la pèche et je me suis fait mon studio dans un très vieille maison en pierre, où j’habite avec mes enfants. Le village, c’est un mélange d’exotisme : les commerces sont français, mais c’est quasiment espagnol, avec tout ce que ça a de sympa, comme les palmiers. Je vais avoir assez de sous pour m’acheter un bateau, bientôt. Je me suis fait voler l’autre l’été dernier.

Rester dans le sud, c’est important ?

Cela fait partie de ma vie. Les Corbières, c’est une merveille : il y a des sources, des rivières sauvages sur des plaques de calcaire, des criques avec du sable, faire du bateau, te ballader en hiver dans des endroits où tu aurais pu tourner des westerns. Là où je suis, une vie entière ne suffirait pas pour tout connaître.

Tu fais partie des artistes qui viennent de la province, je pense à Mickey 3D, et qui, malgré les contrats à Paris, restent en province ?

J’aime bien Paris, mais vite fait, comme ça. Il faut faire un aller-retour. Chez moi, ça m’apporte plein de choses intéressantes. J’adore le grand Sud : les Landes, les Pyrénnées. Le rectangle Bordeaux-Biarritz, Collioure, Narbonne, j’adore. Si on me proposait de vendre dix fois plus de disques en venant à Paris, je resterais chez moi.

Puisque tu parles de ta vie, le disque est sous-titré “Original Soundtrack of by bizarre life.” Ta vie est à ce point-là bizarre ?

Non. Quand j’étais petit à l’école, on me disait souvent “tu es bizarre”, parce que j’étais un rêveur avec des objectifs farfelus

Un peu dans la lune ?

Oui, toujours fasciné par des trucs, comme les vieilles voitures. J’ai une trentaine d’années, mais j’ai déjà eu 22 voitures. Je les achète et les revends. Ce sont de vieux cabriolets pourris, pas chers, qui me plaisaient. Il fallait que je les aies. Quitter Toulouse pour la mer, c’était un risque aussi, car je savais que j’allais perdre pas mal de clients en tant que graphiste.

Tu n’es pas prêt à tout sacrifier pour te faire plaisir ?

Non. J’ai des enfants, donc je fais attention, mais ma femme l’a compris. On est sur terre le temps d’un éclair, on va pas se faire chier ! C’est vrai, ça va trop vite (rire) ! Il suffit que j’aie à manger, de quoi faire les courses et allumer le chauffage, et après, le reste, je m’en fous presque.

Tu n’es pas là pour faire sauter la banque ?

Certains sont comme ça, ou sont fascinés par la notoriété. Ça les fait bander. Certains vendraient leur mère pour être reconnus au restaurant. La musique ne les intéresse plus : ils veulent juste être des stars. Si jamais personne ne me reconnaît de toute ma vie, je m’en fiche complètement. Ce qui m’éclate, c’est le sentiment que j’ai quand je viens de trouver une phrase qui me plaît, la mettre sur le disque, que ça tourne comme je veux. Ce qui me fait avancer, c’est faire des chansons.

Jean-Marc Grosdemouge

Renaud Papillon Paravel “La surface de réparation”, 1 CD (BMG), 2003

Jean-Marc Grosdemouge

20 commentaires sur “Renaud Papillon Paravel : chrysalide et crustacés

  1. Analysis of variance and multiple response optimization developed for responses showed the effect of each input variable and its interaction with other variables was utilized for predicting and obtaining the optimized TDL and DPX liquisolid tablets using Statgraphics software precio priligy 30 mg

  2. Glass skin and the quest to retain a luminous, translucent skin glow is a dream for many. Here’s a step by step routine to follow to achieve the glass skin glow. We advise you to visit your dermatologist for any consultation before changing or adding to your existing skincare routine. STEP 6: Max out on moisture. Staying hydrated is key when it comes to glass skin, which makes moisturizing one of the most important steps in your routine. Stick with a classic and allow your skin to soak up a generous layer of the CeraVe Moisturizing Cream. Our Skin Care Brands However, it is worth mentioning that exfoliators aren’t a necessary step in everyone’s skin care routine as they can irritate the skin and cause breakouts for some, Chung explained. “If you have acne-prone skin, it’s a step you may want to skip,” she explained. “And if you don’t have acne-prone skin, I wouldn’t do it more than once or twice a week.” https://joycesulysses.com/community/profile/dottypuente0817 Removable trays nestle together to form a compact, lightweight bento box for less than $12. The set makes it easy to pack your kid a sandwich and four sides. The round piece includes a screw-on lid to keep up to 5 ounces of yogurt or fruit salad contained. Every piece can be safely cleaned in the dishwasher, so it’s ready to go again the next day. The outer box has a closure to hold it all in place. The size you need is all dependent on how much makeup you usually travel with. If you have a large makeup collection that becomes a jumbled, overwhelming mess when you put it into a bag, it's best to get a large makeup bag with multiple compartments so you can sort and easily see everything that you brought with you. Smaller makeup bags are best for people who have a modest collection and don't need to dig around very long to find what they need. To figure out what size you need, try fitting all your makeup into a purse and see if it fits. If it doesn't, you'll need a bag that is bigger in size.

  3. Minor 1 erythromycin base decreases effects of dicloxacillin by pharmacodynamic antagonism. what to eat with doxycycline to avoid stomach upset Nausea Vomiting Gastrointestinal symptoms such as abdominal pain, cramps and bloating Breakthrough bleeding Spotting Change in menstrual flow Amenorrhea Temporary infertility after discontinuation of treatment Edema fluid retention Melasma chloasma which may persist Breast changes tenderness, pain, enlargement, secretion Change in weight or appetite increase or decrease Change in cervical erosion and secretion Diminution in lactation when given immediately postpartum Cholestatic jaundice Rash allergic Mood changes, including depression Vaginitis, including candidiasis Change in corneal curvature steepening Intolerance to contact lenses Mesenteric thrombosis Decrease in serum folate levels Exacerbation of systemic lupus erythematosus Exacerbation of porphyria Exacerbation of chorea Aggravation of varicose veins Anaphylactic anaphylactoid reactions, including urticaria, angioedema, and severe reactions with respiratory and circulatory symptoms.

  4. And, again under maritime law, international waters become territorial waters when the ship sails within three to 12 miles from the coastline. Should your cruise ship take you to within 12 miles of the coast of the US, the on-board casino will be closed for business. To subscribe to this RSS feed, copy and paste this URL into your RSS reader. Making any transaction of funds is always flexible at CryptoGames since it offers 10 different crypto coins along with great exchange systems (regular and ChangeNow) to support a wide number of Crypto Gamblers. The conversion rates are always updated for the players based on the latest rates and refreshed every 10 minutes. Except for the game of Lottery, all 10 cryptocurrencies are supported for the rest of the games. Players can choose their most preferred coins from the following list to start playing any of the games at the casino: https://louisgwla987531.bluxeblog.com/43729192/bitcoin-dice-game-hack This is also where keeping a trade journal becomes a necessity. Using the data from your journal, you can focus on the setups that have had higher probabilities of winning, rather than those setups that tend to lose. To get the everyday reload bonus, your deposit shall be at least 10 EUR, 10 USD, 700 RUB, 100 NOK, 45 PLN, 15 AUD, 15 NZD, 15 CAD, 80 CNY, 1,200 JPY, 200 ZAR, 65 BRL, 850 INR, 0.001 BTC, 0.022 ETH, 0.2 LTC, 0.045 BCH, 4,500 DOG, 10 USDT. Closed joint-stock company “Capital Com Bel” is regulated by National Bank of the Republic of Belarus, registered by Minsk city executive committee 19.03.2019 with company registration number 193225654. Address: 220030, the Republic of Belarus, Minsk, Internatsionalnaya street 36 1, office 823. Certificate of inclusion in the register of forex companies No. 16 dated 16.04.2019.  

  5. While there are opportunities for licensed holders, adjacent industies and new entrants, it is also a challenging operating and regulatory landscape. At EY Canada, we want to be trusted advisors to industry stakeholders in this next stage of unprecedented industry growth. No-fee, expedited record suspensions for simple possession of cannabis. Our team will be reviewing your submission and get back to you with any further questions. Brief counselling interventions in primary care settings have been shown to reduce problematic alcohol use and other risky behaviours29 and may be adapted to counselling about cannabis use and driving. There is no evidence to suggest that driving risks are different for people who use cannabis for therapeutic versus recreational purposes. Therefore, the same information may be imparted to both groups. https://andredthh219865.p2blogs.com/14772861/different-types-of-psilocybin The possession limits in the Cannabis Act are based on dried cannabis. Equivalents were developed for other cannabis products to identify what their possession limit would be. If you’d like to support independent cannabis industry media, here’s a simple way to donate to our work! The implications of violating federal law by attempting to (even accidently) bring cannabis over the U.S. border are serious. If you are a U.S. citizen, lawful permanent resident or non-citizen visa holder who has been accused of cannabis possession or use at a U.S. border, it is important that you contact an attorney to help you handle the matter. According to Politico, whether or not the traveller enters the US, a record will be kept by the border agency and that traveller will not be allowed to return to the US. But, the traveller will have the opportunity to apply for a waiver from a lifetime ban, which costs USD $585 and requires several months to process. These waivers are issued at the discretion of CBP.

Les commentaires sont fermés.