Et Bebel Gilberto inventa la saudade moderne

2001 : Bebel Gilberto est la fille de João Gilberto, soit l’un des inventeurs de la bossa avec Vinicius de Moraes et Tom Jobim, et de la chanteuse Miucha, et nièce de Chico Buarque.

Exilée à New-York, elle a presque attendu l’âge de trente-cinq ans avant de sortir son album solo, qui est à mi-chemin entre la tradition bossa dont elle a naturellement hérité, et les sonorités électroniques. Coup de maître, et l’album entre bossa langouruse et ambiance électro lounge, n’a pas pris une ride, dix-sept ans après sa parution.

Cadeau bonus pour les fans de Smoke City : l’un des titres, le superbe « August day song », a été enregistré avec Nina Miranda, la chanteuse du groupe anglo-brésilien qui a signé le tube « Underwater love » en 1997. Qu’ils soient lents (« Samba Da Bençao », « So Nice ») ou plus rapides (« Sem Contençao », « Bananeira »), les morceaux de Bebel possèdent un je ne sais quoi de classique et de moderne à la fois. Et quelque chose qui pousse à fermer les yeux pour profiter pleinement de ce déferlement de délicatesse.

*****

Jean-Marc Grosdemouge

Bebel Gilberto « Tanto tempo », 1 CD (Crammed), 2001

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *