Frode Haltli "Passing images"

   Encore une fois c’est de ce pays -petit sur la carte du monde mais énorme sur la carte de la musique, la Norvège que nous vient un fabuleux disque.

frode

   Frode Haltli est accordéoniste et c’est un compatriote de Jacob Young, Arild Andersen, Trygve Seim, et Bugge Wesseltoft… pour ne citer que ceux qui sont dans la jazz (car on pourrait ajouter Monopot, Mental Overdrive et tous les artistes du label Rune Gramoffon, dont Maja Ratkje, présente vocalement sur cet album).

   En compagnie de l’altiste Garth Knox et de son compatriote trompettiste Arve Henriksen, dont on a déjà dit beaucoup de bien par le passz (voir notre article sur l’album « Chiaroscuro »), Haltli donne dans la valse minimale, fait souffler son instrument d’une manière peu commune. Et il faut bien cela quand on s’essaie à transcrire ses émotions intérieures par le biais d’un des instruments le plus répandu au monde. L’accordéon est en effet présent dans une multitude de folklores, et citer les noms de Dino Saluzzi, Marc Perrone, Jean-Louis Matinier, Richard Galliano, Amestoy Trio, Bernard Lubat ou Daniel Mille le prouve : ses soufflets sont de partout et de nulle part, d’hier et de demain. Si l’accordéon est l’instrument des migrants, et qui est donc présent dans bien des continents, à chacun de le faire parler à sa façon.

   C’est bien connu : racontez votre histoire avec des mots simples et sincères et elle deviendra universelle, car chacun s’y reconnaîtra. De même, jouez un folklore très local (el l’occurence celui de Valer i Solor, au sud de la Norvège, près de la frontière avec la Suède) et il y a fort à parier que cette musique touchera la planète entière.

****

Jean-Marc Grosdemouge

Frode Haltli « Passing images » (ECM/Universal), 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *