Red House Painters "Old Ramon"

   Pour ceux qui ont eu la chance de découvrir Red House Painters en bloc grâce à la compilation « Retrospective » publiée en 1999 par leur ancien label, 4AD, comme pour ceux qui le suivent depuis plus longtemps, retrouver Red House Painters est un vrai plaisir.

RED-HOUSE-PAINTERS-OLD-RAMON   Mark Kozelek est toujours aussi torturé, sa voix est toujours émouvante, il n’a pas accéléré sa musique : c’est toujours un BPM comparable à celui d’un cobaye qui souffdre sur la paillasse d’un laboratoire. La guitare est toujours aussi sèche, le ton écorché vif. Sur « Void », la voix se fait ample, on pense à une Nico mâle, à de grandes étendues sèches, de déserts de cactus, de randonnés dans le parc du Yosemite. Sûr que quand Kozelek ira mieux, il n’écrira plus aussi bien. On lui souhaiterait presque d’aller toujours aussi mal tant ses chansons désepérées font du bien à nos oreilles. Et puis on a peur : avec cette pochette figurant le drapeau US en berne (l’labum est sorti bien avant le 11 septembre), il se pourrait que ce disque trouve quelques oreilles nouvelles en la personne des patriotes américains.

   Qu’arriverait-t-il si d’aventure Red House Painters commençait à vendre dans ce pays énorme, si peu réceptif à sa musique, tout accaparé qu’il est par le rap et le R’n’B ? Rien. Il ne se passera rien, car Red House Painters est et restera confidentiel. Pas prophète en son pays. Et peut être que c’est tant mieux.

   Heureusement, de ce côté-ci de l’Atlantique, quelques uns ont compris l’importance de ces chansons. « Old Ramon » est un disque vital et rare, à écouter entre gens bien : donc ne l’écoutez qu’avec des gens que vous estimez capables de recevoir un telle musique. Je vous souhaite d’en connaître beaucoup autour de vous.

****

Jean-Marc Grosdemouge

Red House Painters « Old Ramon », 1 CD (Sub Pop), 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *