9CH "Le grand détachement"

Le-grand-detachement     Ce groupe au nom cabalistique (une histoire de dilution homéopathique en fait) est une affaire de fratrie, puisqu’il a été créé par Mathieu et Pierre-Luc Fauny, tous deux multi-instrumentistes et basés à St-Lô, dans la Manche.

Si Mathieu, le chanteur, a déjà sorti un disque (sous le nom de X-Eff, en compagnie de Nicolas Bogue), ce groupe sort son tout premier disque. Et frappe fort. 9CH est l’un de ses trop rares bonheurs qui égaient le rock français.

     On n’en trouve pas souvent des groupes de chez nous qui imposent un son si riche et abouti, qui sortent des disques qu’on n’aurait pas honte de faire écouter à un ami anglais. On songe à Luke période « La vie presque », à un Eiffel pop ou à Holden chez les Français… et à Blonde Redhead chez les Anglo-saxons. Lyrique, échevelé, noisy (« Sangatte ») ou follement romantique (« La lettre » et ses cordes samplées), épris de grands espaces, le son de 9CH part en ballade sur des mots qui sonnent bien. Si tous les groupes d’ici écrivaient des paroles telles que sait en écrire 9CH, on entendrait moins de bétises sur les ondes et dans les concerts.

     « Le grand détachement » est un album classe, et c’est un fait si rare en ce moment que je vous recommande de jeter deux oreilles à cet opus, et si votre avis rejoint le mien (j’ai bon espoir), faites courir le mot : en France, il existe un nouveau groupe intéressant sur la carte. Grâce au rachat de Tréma (label créé pour sortir les albums de Michel Sardou) par la firme discographique de Vivendi, c’est Universal qui publie ceux qui sont peut-être les prochains Noir Désir.

*****

Jean-Marc Grosdemouge

9CH « Le grand détachement », 1 CD (Trema/AZ/Universal), 2004

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *