Cobblestone Jazz "23 seconds"

CS1277522-02A-BIGCobblestone Jazz a cela de particulier qu’il implante la démarche jazzy qui consiste à improviser la musique dans un univers réputé pour son goût de la préparation : l’électronique, où l’on constitue des bases de données afin de créer avec un filet de sécurité.

Mathew Johnson, lui préfère enregistrer ses contributions dans l’instant, et ses deux compères Tyger Dhula et Danuel Tate partagent cette vision. C’est d’ailleurs Danuel, musicien de jazz, qui a amené le groupe à travailler de cette manière, qui le rend singulier. Froide et abstraite, la musique du trio canadien est constamment réhumanisée par les improvisation à base de sonorités électroniques ou d’instruments (souvent le Rhodes), et comme un morceau de bon vieux jazz, elle est perpétuellement en mouvement, et non pas la répétition d’un seul et unique motif pendant plusieurs minutes, qui est un peu l’image d’Epinal de la musique électronique, dont les détracteurs n’entendent qu’un odieux boum-boum. Cobblestone Jazz est plutôt dans une sorte de chabada digital et prouve qu’il est un groupe aventureux.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Cobblestone Jazz « 23 seconds », 1 CD (!K7) 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *