Le retour raté de Brendan Benson

Après la sortie, et l’échec de son précédent album « One Mississipi », chez Virgin, où il a découvert le monde impitoyable des maisons de disques, Brendan Benson tente de se refaire la cerise. Pas gagné.

Notre homme a quitté la Californie, et s’est installé à Detroit, il a enregistré « Lapalco » dans son home studio (vestige de son passage dans une major, mais dont il doit encore payer les traites nous dit sa bio officielle), avec l’aide de Jason Faulkner. Autre songwriter avec qui Benson a un gros point en commun : l’absence de débouchés commerciaux (aux USA, on se fiche d’eux comme d’une guigne) et artistiques (ils n’ont pas inventé la poudre). Rien de neuf sous le soleil : Brendan Benson sonne comme les Beatles sonneraient s’ils étaient encore en vie (en vie tous les quatre, et encore en activité). Avec quelques belles réussites. Enfin, si vous avez moins de quarante-cinq ans, il y a peu de chance que ça vous excite. On vous comprend, vous avez mieux à faire …

*

Jean-Marc Grosdemouge

Brendan Benson « Lapalco », 1 CD (V2 Music), 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *