Vladimir Cosma en concert au Grand Rex

1623133-vladimir-cosma-deux-concerts-950x0-2   Asseyez vous confortablement dans votre canapé. Sur l’écran du téléviseur, des lettres au néon scintillent et une musique pétaradante annonce « Le film du dimanche soir »… ensuite, le logo de la Gaumont ou d’AMLF apparaitra et vous passerez une bonne soirée devant un film avec Louis de Funès Annie Girardot, ou Coluche, signé Claud Zidi ou Claude Pinoteau.

   Vous n’avez peut être pas le moindre de ses disques, mais vous ne connaissez que lui : « L’aile ou la cuisse », « Les aventures de Rabbi Jacob », « La Boum » (ah ben si vous aviez acheté le 45 tours en cm2 : c’était Cook de Book ou Richard Sanderson), « Un éléphant ça trompe énormément », ou « L’as des as » avec Bebel. Cosma, ce sont plein de couleurs différentes, mais un style inimitable.

   Le Roumain (qui fait jouer dans son orchestre la femme de Manuel Valls, qui passe sa vie à les pourchasser) s’est aussi essayé à un registre plus proche du baroque, comme avec la singulière bande son de « La Vouivre » de Georges Wilson, qui a résonné au Grand Rex lors du dernier passage de Cosma, au printemps 2013… Et quand il joue « promenade sentimentale » extrait de Diva, on dirait du Satie. Si vous aimez le cinéma et la musique, il y deux artistes à voir en concert : Michel Legrand et Vladimir Cosma. Pour entendre ce dernier, rien de plus simple, donc ne vous privez pas de vibrer, ni du bonheur de retomber en enfance, c’est si bon…

Jean-Marc Grosdemouge

les 24 et 25 octobre 2014 à Paris (Le Grand Rex)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *