Eric Deshayes "Au-delà du rock"

  Dans ce livre, on part avec le directeur du site Neospheres à la découvert de la musique planante, expérimentale et électronique de l’Allemagne des années 70. Wilkommen.

au dela   Il y a à Sciences-Po Paris, rue Saint Guillaume, un amphi dédié à la mémoire d’André Siegfried, qui a décrit le vote en Bretagne selon le type de terroir : granit à droite, calcaire à gauche. Les incrédules peuvent se reporter à la biographie du monsieur, qui certifiera mes dires. On se demande si une étude de ce genre n’est pas à entreprendre en matière de musique : après tout, ce n’est pas un hasard si la bossa nova est née à Rio et pas à Dusseldorf. Quoi qu’il en soit, il a existé en Allemagne dans les années 70 une scène rock tout à fait particulière dont les représentants les plus connus s’appellent : Can, Neu !, Ash Ra Temple, Amon Düül, Faust ou Kraftwerk. Ils sont dans ce livre, en compagnie de formations plus obscures. Ce qui confirme que les éditions Le Mot et le reste, déjà responsable de « Rock pop, un itinéraire bis en 140 albums essentiels » (voir notre article) il y a peu est le contraire d’Allia, qui s’ingénie à publier des livres épais qui font la synthèse d’un genre entier (électro, rap, soul, new wave).

   Cette maison d’édition marseillaise se fait une spécialité de fouiller dans les marges du rock. Et Eric Deshayes, qui dirige le site internet Néosphères montre que cette scène pousse le rock dans une dimension cosmique, hypnotique ou robotique, ce qui devait forcément amener vers d’autres expérimentations, d’autres genres. Le rock se coupa ainsi en partie de ses racines américaines, pour s’en créer de nouvelles, européeennes celles-là, et elles sont encore vivaces puisqu’elles viennent d’inspirer Turzi, qui le revendique sur son récent album, « A ». Et quand on écoute les Ecossais Mogwai, leur son a bien plus à voir avec cette musique européenne jusqu’au-boutiste qu’avec les bluesmen noirs du delta du Mississipi.

***

Jean-Marc Grosdemouge

Eric Deshayes « Au-delà du rock. La vague planante, électronique et expérimentale des années soixante-dix », ed. Le Mot et le reste, 2007, 442 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *